Avril 2014

Louis-Napoléon BONAPARTE (1848-1851)

Portrait officiel de Louis-Napoléon Bonaparte
Président de la République française (1848-1851)
© La Documentation française, Lafosse d'après nature

20 avril 1808

Naissance à Paris de Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, 3e fils de Louis Bonaparte, roi de Hollande, et d'Hortense de Beauharnais, fille de l'Impératrice Joséphine. Il vit en exil à la chute de l'Empire et fait son éducation entre Augsbourg, Arenenberg et Rome. Il passe tous ses étés en Italie où il développe une sympathie pour les mouvements indépendantistes ("carbonaro").

Années 1830

Louis-Napoléon commence à conspirer, persuadé que la France voulait un Bonaparte pour chasser Louis-Philippe. Il tente par deux fois (en 1835 par Strasbourg, en 1840 par Boulogne) de revenir en France.

Il est condamné en 1840 à l'emprisonnement à perpétuité au fort de Ham en Picardie. Pendant sa captivité, il se livre à l'étude et à la correspondance et opère une rénovation du bonapartisme. Il écrit notamment en 1844 un de ses ouvrages les plus célèbres, "De l'extinction du paupérisme", où se manifeste son intérêt pour les questions économiques et sociales.

25 mai 1846

Déguisé en ouvrier, il s'évade et s'installe à Londres.

A la faveur de la Révolution de 1848 qui met fin au règne de Louis-Philippe, Louis-Napoléon tente de revenir légalement en France.

1848

Il est élu et siège à l'Assemblée en septembre.

A la suite de la promulgation, le 4 novembre 1848, de la constitution de la IIe République, il est candidat à l'élection présidentielle, et est élu pour quatre ans au suffrage universel, le 10 décembre 1848, avec près de 75% des voix.

20 décembre 1848

Il prête serment à l'Assemblée constituante et s'installe le soir même à l'Elysée. Il entre progressivement en conflit avec l'Assemblée nationale, devenue en majorité royaliste, à la suite des élections de mai 1849.

Dans un premier temps, la politique du président est plutôt conservatrice. Il envoie à Rome des troupes pour mater une rébellion contre le Pape et ne s'oppose pas au vote par l'Assemblée nationale de la loi Falloux sur l'enseignement qui déplaît aux républicains modérés. Mais le 31 mai 1850, l'Assemblée vote une loi électorale imposant une résidence de trois ans pour les électeurs qui élimine 3 millions de personnes du corps électoral, notamment des artisans et des ouvriers saisonniers.

Louis-Napoléon fait pression pour augmenter la durée de son mandat tandis que l'Assemblée nationale est opposée à tout projet de révision constitutionnelle.

Dans la nuit du 1er au 2 décembre 1851, un décret dissout l'Assemblée nationale et rétablit le suffrage universel. Malgré quelques soulèvements vigoureusement réprimés, le coup d'Etat est approuvé et le plébiscite sur les nouvelles institutions reçoit une majorité d'avis favorables.

Mars 1852

Une nouvelle constitution étend le mandat du président à 10 ans.

7 novembre 1852

Un sénatus-consulte rétablit le régime impérial qui est confirmé par un plébiscite.

2 décembre 1852

Début du Second Empire.

29-30 janvier 1853

Il épouse Eugénie de Montijo, comtesse de Teba, dont il a un fils, Eugène, né en 1856.

A l'occasion de la guerre de Crimée (1854-1856) Napoléon III confirme le retour de la France dans la vie politique européenne.

La politique italienne de l'Empereur - en faveur de l'unification et au détriment de l'Autriche - permet à la France d'annexer, après plébiscite, Nice et la Savoie (1860).

Sous l'Empire, la France connaît des années de progrès économiques (création d'un système bancaire, développement des chemins de fer, transformation des grandes villes). Mais l'échec de l'établissement d'un empire catholique au Mexique (1861-1867) et l'attitude de neutralité monnayée (politique des "pourboires") face aux conflits entre l'Autriche et la Prusse affaiblit le régime.

21 mai 1870

Un sénatus-consulte proposant un régime plus libéral est plébiscité par plus de 7 millions de voix.

19 juillet 1870

A la suite de tensions avec la Prusse à propos de la succession d'Espagne et abusée par la fameuse dépêche d'Ems, la France déclare la guerre à la Prusse.

2 septembre 1870

Lors de la capitulation de Sedan, l'Empereur est fait prisonnier.

À Paris, des députés (dont Léon Gambetta) proclament la République mais la déchéance de Napoléon III n'est votée par la Chambre que le 1er mars 1871.

Mars 1871

L'ex-empereur s'exile en Angleterre où il meurt le 9 janvier 1873.

Bibliographie :

Thierry LENTZ, Napoléon III ; Que sais-je, PUF, 1995. Philippe SEGUIN, Louis Napoléon le Grand ; Grasset, 1990.

Restez connecté

Les contenus disponibles importants