Publié le 1 janvier 2019

Nos priorités

La mondialisation a eu des effets bénéfiques en tirant une grande partie de la population mondiale de l’extrême pauvreté. 

Mais désormais, pour une partie de nos sociétés, la mondialisation c’est :

  • la peur de voir les emplois remplacés par des machines ;
  • la menace du chômage à cause de la concurrence d’une main d’œuvre bon marché et de l’ouverture commerciale ; 
  • l’impression de contribuer aux services publics par l’impôt tout en voyant des grandes fortunes se soustraire à leurs responsabilités par l’évasion et l’optimisation fiscales. 

Partout dans le monde, nous sommes témoins de manifestations d’un sentiment d’injustice porté par ceux qui se sentent oubliés de la mondialisation.

Les revenus des 10% les plus riches ont rapidement progressé. La proportion de la population vivant sous le seuil d’extrême pauvreté est passée de 52% au début des années 1980 à moins de 10% en 2018. 

Avec les pays du G7, nous représentons 50% de l’économie mondiale et nous partageons les valeurs de liberté et de démocratie

Nous sommes confrontés aux mêmes défis mondiaux : les disparités économiques, la dégradation de l’environnement, les crises internationales, la corruption, les violences contre les femmes et contre les minorités. Nous devons y apporter des réponses communes. Des réponses concrètes. 

Notre priorité sera la lutte contre les inégalités.

Il ne s’agit pas de renoncer à la mondialisation (qui a permis de sortir des millions de personnes de l’extrême pauvreté), mais de mieux la réguler pour que personne ne soit laissé sur le bord de la route. 

Pour lutter contre les inégalités, nous fixons cinq priorités : 

Voir tous les articles et dossiers