Le Parc

C'est dans les jardins du Palais que se tient la réception donnée chaque année par le Président de la République le 14 juillet. A l'origine, le jardin de l'hôtel du comte d'Evreux présentait en 1720, un plan régulier.

Invité à inaugurer l'hôtel le 14 décembre 1720, le duc d'Orléans, qui exerçait alors la régence, favorisa l'agrandissement des jardins. Le dessin du jardin à la française fut alors remanié prenant au sud la forme de demi-lune qu'il présente toujours. La marquise de Pompadour bouscula cet ordonnancement tout en respectant les parterres centraux.

Lorsqu'il acquit le Palais en 1773, le banquier Nicolas Beaujon fit redessiner le jardin trop régulier à son goùt. Sacrifiant à la mode du jardin anglais, il demanda à son architecte Boulée de donner du mouvement à ce terrain qu'il jugeait trop plat, de tracer des allées sinueuses, d'agrémenter le parc d'une rivière baptisée La Serpentine.

Les parterres centraux disparurent, remplacés par des bosquets animés par des statues. La duchesse de Bourbon transforma le parc en jardin paysager. Murat puis Napoléon Ier conservèrent le jardin en l'état, le complétant cependant par une île créée par l'architecte Fontaine.

A la fin du XIXème siècle, une grille monumentale, la Grille du coq, fut élevée par l'architecte Adrien Chancel au fond du jardin, sur l'avenue Gabriel. Jusqu'à une date récente, le parc présentait l'aspect d'une vaste pelouse incurvée, entourée de massifs d'arbres.

A partir de 1991, les massifs ont été redessinés et plantés d'essences nouvelles produisant des fleurs variées pour donner du mouvement et surtout plus d'agrément au jardin. Enfin les jets d'eau, qui manquaient singulièrement dans le parc, sont venus l'animer.

 

Restez connecté

Les contenus disponibles importants