Discours du Président de la République Emmanuel Macron sur la Place Faidherbe à Saint-Louis

Écouter
Rubrique : International, développement et francophonie

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI.

Saint-Louis – Samedi 3 février 2018

Merci, merci doyen.

Monsieur le président de la République, cher Macky SALL,

Mesdames, messieurs les ministres,

Monsieur le maire,

Monsieur le président de la Banque mondiale,

Madame la directrice générale de l’Unesco,

Mesdames, messieurs les élus,

Mesdames, messieurs,

Saint-Louis Nanga def (ie. coment ça va St Louis),

Je viens aujourd’hui – et vous l’avez rappelé monsieur le doyen, après plusieurs présidents de la République française et une histoire commune qui dure depuis plusieurs siècles.

Mais je viens aujourd’hui en un jour un peu particulier, 13 ans jour pour jour après la dernière visite d’un président, celle de Jacques CHIRAC.

Et je viens là parce que le président SALL m’y a invité et parce que vous, monsieur le maire, le 12 décembre dernier m’avez interpellé à Paris, lors du Sommet pour le climat en me disant : mais que faites-vous pour l’érosion côtière, venez voir chez nous la réalité, venez voir ce que vivent les habitants de Saint-Louis.

Alors nous sommes là, je suis là avec vous pour voir, et nous avons vu l’érosion côtière, la peur, les murs qui tombent, l’activité économique détruite et la ville qui peu à peu recule devant ce que certains parfois veulent encore nier, les effets du changement climatique.

Ici à Saint-Louis, sur la Langue de Barbarie où nous étions il y a un instant, c’est dans l’une des zones les plus peuplées d’Afrique, les plus densément peuplées d’Afrique, que se joue notre responsabilité collective, celle de gagner cette bataille contre le réchauffement et les dérèglements climatiques.

Je ne suis pas simplement venu pour voir, je suis aussi venu pour vous dire que dans le droit fil de cette histoire que nous avons eue ensemble, la France va investir à vos côtés, pour l’urgence, pour aider, pour protéger.

Le président Macky SALL a commencé un programme ambitieux sur tout le Nord de la Langue, pour, avec des pierres, protéger celle-ci. Ce que je vous annonce aujourd’hui, c’est que l’Etat français investira 15 millions d’euros pour poursuivre ce programme. Par l’Agence française de développement pour mettre tout le long du territoire, devant les maisons et les murs qui s’effondrent, des rochers pour protéger, venir en soutien aux familles, à celles et ceux qui parfois ont perdu leur emploi ou doivent se reloger. C’est ce plan d’urgence qui commencera dès maintenant et nous pouvons le mener en une année.

Mais au-delà, nous accompagnerons le travail remarquable mené par la Banque mondiale et son président qui est avec nous présent, le programme WACA. Il investira aussi 30 millions d’euros d’urgence, il accompagnera les familles à reloger, à protéger et déploiera ici, à Saint-Louis entre autres, ce formidable programme dont nous avons besoin.

Mais Saint-Louis mes amis, c’est aussi un lieu d’histoire symbolique, c’est notre histoire partagée et cette histoire, c’est votre richesse, votre trésor. Cette ville, c’est le meilleur de l’Afrique et de la France réunies, ce sont des siècles d’ambitions, c’est un patrimoine culturel, architectural unique, reconnu et classé par l’UNESCO.

Et je veux ici saluer également la présence à nos côtés de sa directrice générale Audrey AZOULAY qui, je le sais, est très engagée pour la protection du patrimoine de la ville.

Alors ce que je veux vous dire aujourd’hui, 13 ans après le président CHIRAC qui s’engageait alors pour le pont de Saint-Louis, c’est que la France sera aussi engagée pour rénover à vos côtés le patrimoine de Saint-Louis, la place Faidherbe, les maisons individuelles qui en font le trésor, la cathédrale. Ce seront 25 millions d’euros investis pour préserver ce patrimoine. 25 millions qui dépendent aussi de votre engagement, de votre responsabilité. Et je sais combien le maire, le président y sont attachés, ce sont des maisons parfois préservées, ce sont des choix à faire courageux parce qu’ici, il faut savoir penser aussi avec la force de l’histoire, mais pour le futur de Saint-Louis, des Saint-Louisiennes et des Saint-Louisiens.

Mes amis, Saint-Louis a son avenir à construire, il passe par cette protection que nous voulons apporter, mais il passe aussi par vos projets. Saint-Louis est une terre d’ouverture, on m’a raconté qu’ici, à Saint-Louis autour des années 1850 les Français s’inquiétaient de la montée du jihadisme. Parfois l’histoire bégaie.

Et des Sénégalais sont allés expliquer : vous savez, il n’y a qu’une façon de les combattre, de les vaincre, c’est de montrer qu’ici nous sommes plus forts, plus intelligents qu’eux ; et que ceux qui vivent dans la religion peuvent bien vivre ici.

Et on a construit à Saint-Louis la mosquée, la première mosquée avec à l’intérieur une cloche. Et cette mosquée avec cette cloche est devenue le modèle de nombre de mosquées à travers l’Afrique.

Elle est devenue aussi le modèle de la capacité à penser un islam de tolérance dans la ville, un islam avec la culture et la réconciliation profonde de culture, d’histoire qui ne sont pas les mêmes mais ne peuvent vivre qu’en se respectant.

Alors aujourd’hui, Saint-Louis doit être comme vous le voulez, à la hauteur de cette histoire. Et Saint-Louis n’aura d’avenir qu’en étant ouverte, ambitieuse, conquérante, volontaire. L’avenir de Saint-Louis c’est celui de la pêche et de ses activités et je veux ici saluer nos pêcheurs, je veux ici vous présenter les condoléances de la France pour votre frère mort il y a quelques jours.

Je sais vos attentes, je sais aussi que le président Macky SALL est engagé pour les porter et vous défendre ; et la France aussi fera entendre votre voix pour que vous puissiez être compris.

Mais l’avenir de Saint-Louis, c’est celui aussi d’une ville qui, parce qu’elle aura protégé et restauré son patrimoine, sera une ville de culture qui rayonnera et une ville de francophonie. C’est aussi pour cela que cette année à Saint-Louis, je veux que nous portions de nouveaux projets, celui de défendre, de rénover votre patrimoine comme je viens de l’expliquer à l’instant aux côtés de l’UNESCO.

Mais celui aussi à Saint-Louis à l’Institut français la première résidence de création en Afrique subsaharienne, pour permettre aux artistes sénégalais jeunes ou confirmés et, plus largement, aux créateurs africains de dialoguer ici, de construire ici, de montrer le visage de Saint-Louis au 21ème siècle.

Saint-Louis l’ambitieuse, la Saint-Louis du 21ème siècle se fera par la pêche, l’agriculture, le tourisme, la culture. Saint-Louis l’ambitieuse se fera par la francophonie et je ne peux pas ici ne pas avoir une pensée particulière pour l’un de vos enfants, le président Abdou DIOUF qui a formidablement porté aussi la langue française.

Alors mes amis ce que je suis venu ici faire, ça n’est pas simplement voir, c’est à vos côtés, pour vous, faire un peu du Saint-Louis de demain. Et vous l’avez rappelé monsieur le maire, Saint-Louis fut aussi la ville de l’Aéropostale, MERMOZ, LATECOERE, SAINT-EX ralliant l’Europe, l’Afrique et l’Amérique sont passés ici à l’hôtel de La Poste.

Et à LATECOERE à qui on disait qu’il était fou, on avait l’habitude d’entendre cette réponse qu’il faisait : "j’ai refait tous les calculs, ils confirment l’opinion des spécialistes, notre idée est irréalisable. Il ne nous reste qu’une chose à faire, la réaliser". Toute l’histoire de Saint-Louis c’est cela, toute notre histoire partagée c’est cela. Tous les calculs montrent que c’est impossible, alors nous le ferons.

Vive Saint-Louis, vive le Sénégal, vive la France, Sénégal tchi kanaam (ie. En avant le Sénégal). Vive l’amitié entre la France et le Sénégal.

Rechercher dans les actualités

Une liste des raccourcis clavier pour le calendrier est disponible dans la page accessibilité. Lors de la validation d'une date ou de la sortie du champ, l'agenda sera automatiquement mis à jour. Entre et

Dernières actualités