Souveraineté sanitaire

La crise du coronavirus a déclenché une prise de conscience collective sans précédent : nous devons retrouver une autonomie industrielle en ce qui concerne le matériel médical et les médicaments nécessaires à la santé de notre population.  200 millions d’euros ont été débloqués en 2020 pour financer les industries de santé sur notre territoire, et soutenir les infrastructures de production comme de recherche et développement. Les finances européennes concourent à cette dynamique au travers de l’appel à projets EIC (European Innovation Council) de mars 2020, qui a sélectionné 8 projets sanitaires français, à hauteur de 57,4 millions d’euros, dont 4 en lien avec la lutte contre la COVID-19. 

Sécurité intérieure

Soutenir les forces de l’ordre

7000 policiers et gendarmes supplémentaires ont déjà été recrutés, et 3000 embauches sont encore à venir d’ici 2022. Pour qu’ils puissent se recentrer sur leur cœur de métier et honorer pleinement leur mission de « police de sécurité du quotidien », la partie la plus administrative de leurs tâches a été allégée, en particulier par le passage aux e-procurations en ligne, l’emploi de personnel administratif, ou l’externalisation de certaines missions. Leurs crédits d’équipement ont été augmentés de près de 300 millions d’euros par an.

Traquer la délinquance et la criminalité

Les vols à main armée ont baissé de 10%, les cambriolages de 6%.

Plus de 500 téléphones d’alerte ont été confiés à des victimes de violence conjugale, pour permettre l’intervention immédiate des services de police.

L’accueil des victimes dans les commissariats a été amélioré, notamment grâce à une adaptation de leurs horaires d’ouverture au rythme de vie des Français.

Le montant des amendes pour incivilité a augmenté, et leur règlement est désormais exigé immédiatement. L’installation de 10 000 caméras piéton a permis de fluidifier les contrôles d’identité.

Les dépistages d’alcoolémie peuvent désormais être directement effectués par des agents de police judiciaire, et non plus par des officiers de police judiciaire, et les prises de sang pourront être pratiquées par des infirmiers.

Une amende forfaitaire de 200 € pour usage de stupéfiant est entrée en vigueur.  Décidée à combattre le trafic de drogue à la racine, la France a versé en 2018 une contribution volontaire de près de 2 millions d’euros auprès de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. 

Pour qu’aucun point du territoire ne devienne une zone de non-droit, 47 quartiers de reconquête républicaine ont été définis, qui bénéficient d’une présence des forces de l’ordre renforcée.

Veiller sur les plus jeunes 

Un centre national de lutte contre la pornographie est né à Pontoise de la réunion des efforts de la police et de la gendarmerie. Les personnes condamnées pour consultation d’images pédopornographiques sont désormais inscrites sur le fichier judiciaire national des auteurs d’agressions sexuelles sur mineurs, dont l’accès a été ouvert aux employeurs privés au même titre que les employeurs publics. Une plateforme en ligne pour faciliter l’accès de chacun à ce fichier est en cours d’expérimentation.

Un plan national de lutte contre le harcèlement scolaire a été lancé, assorti d’une campagne vidéo de sensibilisation. L’interdiction du téléphone portable à l'école est une mesure clé en ce sens. Un numéro d’appel d’urgence a été mis en place, 335 référents harcèlement issus de l’éducation nationale ont été répartis sur tout le territoire, et des milliers d’ambassadeurs ont été nommés parmi les collégiens et les lycéens. En 2019, ces mesures ont permis de signaler 2176 cas de harcèlement.

Ancrer dans nos habitudes le secourisme et la sécurité routière

Grâce au renforcement de la sécurité routière, il y a 200 morts de moins chaque année sur les routes.

Les Français sont de plus en plus nombreux à maîtriser les gestes de premier secours. Dès 2022, la totalité des élèves de 3e sera formée par le PSC1.

Renforcer les moyens de la sécurité numérique

Face aux attaques et au harcèlement en ligne, le nombre de cyber-combattants est augmenté progressivement de 3 000 à 4 000 personnes, tandis qu’un un budget de 1,6 milliard d’euros a été dédié à l’augmentation des capacités des armées dans l’espace numérique. La gendarmerie nationale a mis en place une brigade numérique joignable par messagerie instantanée 24 heures sur 24, pour guider les citoyens victimes d’attaques en ligne.

Garantir le respect de nos frontières nationales et européennes

En trois ans, la France a démantelé près de 1000 réseaux clandestins de passeur. Chargé d’assurer la sécurité de l’espace Schengen, le corps européen de police des frontières s’est vu adjoindre 5000 hommes supplémentaires. 

Revigorer la justice

Pour désengorger et démocratiser la justice, le processus judiciaire a été simplifié, de manière à éviter la complication de certaines affaires pouvant être réglées à l’amiable. Les outils existants ont été renforcés en vue d’assurer une meilleure exécution des peines.

La procédure pénale a été intégralement numérisée, de la plainte au jugement. Les victimes ne sont plus obligées de se déplacer au commissariat ou en brigade de gendarmerie pour porter plainte, et peuvent se constituer parties civiles à l’audience par voie dématérialisée, ce qui facilite la réparation du préjudice subi.

La prolongation de la garde à l’issue de la première période de vingt-quatre heures a été assouplie. 

7000 nouvelles places de prison sont en cours de construction, et 20 nouveaux centres éducatifs fermés sont prévus. Ils offriront une alternative à l’incarcération à des jeunes délinquants de 13 à 18 ans, qui leur donnera les moyens de réorienter leur avenir.

Contreterrorisme

Saper les fondations de la haine

Depuis quatre ans, plus de 50 attentats ont été déjoués, 6 otages français ont été libérés. Une cellule de coordination antiterroriste a été implantée au cœur même de l’Élysée, sous le commandement direct du Président de la République. 

Pour combattre l’idéologie djihadiste, il est devenu possible d’interdire les lieux de culte et les associations qui la répandent. 9 lieux de culte ont ainsi été fermés. La législation a été renforcée, pour permettre l’assignation à ne pas sortir d’un périmètre géographique donné, l'usage préventif du bracelet électronique et la perquisition administrative. 528 périmètres de protection ont été créés. L’accès aux fichiers de renseignement a été ouvert aux agents habilités des services centraux du ministère de l'intérieur, des préfectures et des sous-préfectures. L’instauration du nouveau fichier API-PNR permet la surveillance automatisée des déplacements aériens et la détection de menaces terroristes.

Aller plus loin dans la lutte contre les séparatismes

Un nouveau plan de lutte contre le séparatisme islamiste est en cours de construction, pour éradiquer les ferments de radicalisation dès l’origine. Il s’agira notamment de conditionner les demandes de subvention associatives à la signature d’un contrat de respect des valeurs de la République, et de rendre l’instruction obligatoire à l’école dès 3 ans. Dans le projet de loi figurera aussi l’interdiction de financements étrangers d’associations cultuelles, ainsi que la certification des imams en France : le Conseil français du culte musulman (CFCM) sera chargé de labelliser des formations d’imams dans notre pays, et d’écrire une charte dont le non-respect entraînera la révocation des imams.

Impulser une dynamique mondiale

En avril 2018, la conférence internationale de lutte antiterrorisme « No Money for Terror », lancée par la présidence de la République, s’est tenue à Paris.

Le 15 mai 2019, l’Élysée a accueilli l’appel de Christchurch, qui enjoint aux gouvernements de prendre des mesures concrètes pour enrayer l’instrumentalisation d’Internet par des terroristes. 

Par la création d’un G5 Sahel, le lancement d’un Partenariat pour la sécurité et la stabilité au Sahel présenté au G7, par le déploiement de troupes françaises au sein de la Task Force Takuba depuis juillet 2020, la France s’affirme comme un décideur majeur de la lutte antiterroriste au Sahel. 

Sécurité internationale

Devant l’évolution de la conflictualité du monde, et parce que l’analyse stratégique confirme que les menaces se multiplient et s’aggravent si on n’y porte pas de remède, le président de la République a décidé de porter la trajectoire des ressources de défense à 2% du produit intérieur brut en 2025, avec des marches d’ores et déjà garanties de 1,7 milliard d’euros chaque année jusqu’en 2022. 

L’évolution prévisionnelle des effectifs du ministère des armées a été ajustée à la hausse, notamment dans les domaines de la cyberdéfense, du numérique et du renseignement, de la sécurité des sites sensibles et du soutien à l’exportation. Cette évolution correspond, à terme, à la création de 6000 postes.

Longtemps sous-capitalisées, les dépenses liées aux conditions de travail et de vie des militaires font l’objet d’une hausse de 14% entre 2019 et 2023, avec une priorité donnée au petit équipement.

Le matériel des trois armées est renouvelé en profondeur : programme Scorpion (véhicules blindés et système d’informations associé) pour l’armée de terre, renouvellement de la flotte logistique et des patrouilleurs pour la marine nationale, renouvellement de la flotte d’avions ravitailleurs pour l’armée de l’air, renouvellement des composantes de la dissuasion avec le baptême et la livraison du premier sous-marin nucléaire de dernière génération, création d’un commandement militaire dédié à l’espace, augmentation du budget de la cyberdéfense, création d’une agence d’innovation de la défense doté d’un budget annuel d’un milliard d’euros …

Venir en aide aux populations en souffrance

La France apporte une réponse de crise en tous points du monde, par exemple en constituant à Nouméa un stock humanitaire destiné à soutenir les pays de cette région fréquemment sinistrée par des catastrophes naturelles, ou bien en mars 2019 en aidant le Mozambique touché par le cyclone Idai. Parmi nos actions de soutien récentes comptent aussi la réhabilitation de l’hôpital syrien de Raqqa dans une zone libérée de l’emprise de Daech, la participation à la construction de l’hôpital de Sinjar en Irak, ou encore l’accueil sur notre territoire de cent femmes yézidies et leurs enfants. 

Lutter contre la prolifération nucléaire

La France prend à cœur le dialogue des peuples et la sécurité du monde, notamment la lutte contre la prolifération nucléaire. 

Améliorer le dialogue des nations

Dans le monde entier, des accords stratégiques ont resserré la coopération sécuritaire de la France, notamment avec le Canada, l’Australie ou encore l’Inde. La capitale a accueilli en 2018 le Paris Peace Forum, forum international pour la paix, qui s’y déroule désormais tous les ans en novembre. En 2019, la France et l’Allemagne ont lancé ensemble une « Alliance pour le multilatéralisme » pour promouvoir une coopération mondiale fondée sur respect des conventions internationales. Par son activité diplomatique intense, notre pays est un centre névralgique du monde, un haut-lieu de décision qui fait avancer l’humanité vers les droits de l’homme.

Retrouvez toutes les actualités en rapport avec ce dossier :

See all topics