Publié le 20 mars 2019

Une ambition pour la langue française et le plurilinguisme

Point d’étape un an après le discours à l’Institut de France du 20 mars 2018

Le 20 mars 2018, Emmanuel Macron dévoilait à l’Institut de France une ambitieuse stratégie destinée à redonner à la langue française sa place et son rôle dans le monde, dans le respect du plurilinguisme. L’enjeu : faire du français l’une des trois plus grandes langues-monde du 21ème siècle et un atout dans la mondialisation.

(Ré)écouter le discours du Président de la République :

Un an plus tard, les chantiers ouverts sont bien engagés, avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de sa nouvelle Secrétaire générale, Louise Mushikiwabo.
 

APPRENDRE

Soutenir les systèmes éducatifs des pays francophones

Le soutien de la France aux systèmes éducatifs des pays francophones d’Afrique, afin qu’ils puissent transmettre le français aux nouvelles générations, a changé d’échelle. 207 M€ leur ont été consacrés en 2018, contre 98 M€ en 2017. Cet effort historique se poursuivra, en particulier autour du programme APPRENDRE qui fédère toute l’expertise française en éducation, pour atteindre 350 M€ par an.

Désormais, la France appuie résolument l’introduction, aux côtés du français, des langues locales dans les écoles d’Afrique afin de favoriser les premiers apprentissages. 2 M€ est dédié à cet objectif de plurilinguisme entre 2019 et 2021.

 

Renforcer la place de la langue française dans les pays où elle est apprise comme langue étrangère

A l’UNESCO et au sein de l’Union européenne, une campagne a été lancée pour convaincre les Etats de proposer au moins deux langues étrangères dans leur système éducatif.

L’enseignement bilingue francophone dans le monde a changé d’échelle. 285 établissements enseignant au moins une matière en français sont désormais labellisés FrancEducation dans 53 pays. Un Fonds bilingue, avec une véritable palette de services, leur est dédié.

Le soutien de la France aux enseignants de français dans le monde a été renforcé avec le doublement de la subvention à la Fédération internationale des professeurs de français et la création en novembre d’une journée internationale des professeurs de français.

 

Participer davantage, grâce à nos lycées français et nos universités, à la formation des talents dans le monde

Une réforme du réseau scolaire français à l’étranger – fort de près de 500 établissements – a été préparée par les ministres chargés des Affaires étrangères et de l’Education afin de créer les conditions d’un doublement du nombre d’élèves d’ici 2030 (700 000 élèves). Ses grandes orientations seront annoncées à la fin du 1er semestre 2019 après la consultation des acteurs de la communauté éducative française à l’étranger.

Un plan a été arrêté, en novembre 2018, pour accueillir dans de meilleures conditions les étudiants étrangers qui viennent se former en France. Un Fonds de 10M€ a été créé pour aider les universités à monter en qualité et un label permettra d’identifier celles qui répondent aux standards en la matière. L’objectif est d’accueillir 500 000 étudiants en 2022.

La Maison des étudiants francophones à la Cité internationale universitaire de Paris est en cours de construction et devrait être achevée en 2020. Elle accueillera 150 étudiants, parmi les meilleurs de l’espace francophone.

Pour encourager les établissements d’enseignement supérieur français à s’implanter à l’international ou à développer des co-diplômes avec des établissements étrangers, un fonds de soutien a été créé. Il est doté de 5M€ pour la période 2019-2020, puis de 20M€ par an pour la période suivante. Les campus franco-sénégalais et franco-tunisien, qui ouvriront leurs premières formations cette année, seront parmi les bénéficiaires de ce fonds.

Donner plus d’attention à l’apprentissage de la langue en France par les populations les plus fragiles

Afin d’améliorer l’accès au français pour les populations les plus vulnérables en France, le nombre d’heures d’apprentissage proposé aux réfugiés a été porté de 400 à 600 heures. Un programme d’1M€ soutient les associations qui leur proposent un accès à la langue par la culture.

 

COMMUNIQUER

Conforter la place du français sur Internet

Un groupe de travail franco-québécois a été constitué sur le thème de la « découvrabilité » des contenus culturels francophones sur Internet. Il remettra ses propositions au Sommet de Tunis en 2020.

Un dictionnaire des francophones, numérique et collaboratif, a été mis en chantier, afin de refléter la diversité des expressions et des usages du français. Il sera mis en ligne en août 2019.

Une plateforme numérique mettant à disposition des élèves et professeurs de français toutes les ressources dont ils ont besoin est en cours de finalisation. La plateforme France Education sera présentée au public en mai 2019.

Un système d’indexation des publications scientifiques en français est en cours d’élaboration avec l’Agence universitaire de la Francophonie.
 

Promouvoir les médias francophones

France Médias Monde a d’ores et déjà atteint l’objectif de 150 millions de personnes touchées, fixé par le Président de la République, avec 173 millions de contacts hebdomadaires, tandis que TV5 Monde atteint hebdomadairement 90 millions de personnes.

France Télévisions a développé une offre destinée à l’international en constituant un bouquet satellitaire composé de ses différentes chaînes. Ce bouquet est disponible dans 62 pays et compte 45 millions d’abonnés payants.

Le nombre de journalistes francophones formés par Canal France International a doublé en un an – en passant de 700 à 1400 – afin de contribuer à la promotion du modèle d’une information libre et indépendante.
 

Encourager l’usage du français dans la vie économique et diplomatique

Le label L a été créé, en lien avec l’AFNOR, pour identifier et reconnaître les entreprises respectueuses du plurilinguisme à l’international. Il est pour l’instant attribué aux établissements hôteliers qui, à l’étranger, font usage du français et d’au moins deux autres langues.

Les moyens consacrés à la formation linguistique des hauts fonctionnaires et personnalités politiques de l’UE qui se trouvent à Bruxelles ont été augmentés. Nos représentants ont reçu des consignes précises pour recourir au français dans le travail diplomatique et les groupes d’ambassadeurs francophones ont été réactivés.

CRÉER

Promouvoir les contenus culturels français à l’étranger

La diplomatie culturelle française bénéficie d’un nouvel élan. L’érosion de son budget depuis de très nombreuses années a été stoppée. L’Institut français et l’Alliance française, qui se partagent la représentation culturelle de la France dans le monde, se rapprochent. Ils s’installeront en 2021 dans les mêmes locaux.
 

Soutenir la création dans le monde francophone

Pour soutenir les industries culturelles et la création du monde francophone, nous nous sommes dotés de nouveaux instruments. L’AFD a mis en place le programme Afrique créative, doté d’1.5M€. Le CNC a institué le Fonds « jeune création francophone », destiné à soutenir les cinématographies de 14 pays d’Afrique et d’Haïti. L’Institut français a créé un fonds destiné à soutenir les écritures dramatiques francophones.
 

Décloisonner les espaces culturels des pays francophones et favoriser la mobilité des talents

Afin de décloisonner le monde du livre et de la littérature des différents pays francophones, des états généraux du livre en français sont en préparation et donneront lieu à un événement en marge du Sommet de Tunis en 2020. Cet événement sera couplé au 1er congrès mondial des écrivains de langue française.

Pour valoriser le métier de traducteur, un grand prix national de la traduction a été créé afin de distinguer, pour l’ensemble de son œuvre, un traducteur d’une langue étrangère vers le français. La France a œuvré pour que la traduction soit mieux soutenue par les programmes de l’UE en faveur de la culture.

La circulation des talents dans l’espace francophone est facilitée depuis 2018 par une circulaire qui permet la délivrance de visas de circulation de 5 ans aux jeunes africains titulaires d’un master ou d’un doctorat en France.
 

Faire grandir, en particulier en France, la conscience d’appartenir au monde francophone

Le projet de rénover le château de Villers-Cotterêts pour en faire une cité de la francophonie est lancé. Le modèle financier a été arrêté et les crédits publics programmés. Les travaux commenceront en novembre prochain. Le château comprendra un parcours de visite permanent sur la langue française, des zones d’exposition temporaires et un espace permettant d’accueillir la programmation culturelle et les grands rendez-vous francophones.

Pour faire entrer plus largement la culture francophone dans les universités, un mouvement de création de chaires francophones a été lancé. Le Collège de France et Sciences Po se sont dotés d’une telle chaire. Les universités d’Aix-Marseille et de Cergy-Pontoise s’apprêtent également à en créer une. Le ministère de l’Education nationale travaille à renforcer la place des auteurs francophones non français dans les apprentissages scolaires.

La Saison des cultures africaines est en préparation. Sous le nom Africa 2020, elle accueillera notamment les créateurs des pays d’Afrique francophone, mais aussi ceux du reste du continent. Conçue comme une invitation à voir le monde d’un point de vue africain, cette saison s’inscrit dans le cadre d’un partenariat renouvelé avec ce continent.

Un concours international d’éloquence en français a été créé, dont la finale aura lieu à l’Institut de France le 20 mars 2020.

Retrouvez la retranscription du discours du Président Emmanuel Macron à l'Institut de France le 20 mars 2018 :

Voir tous les articles et dossiers