A l'Elysée :

Visite d’Etat au Royaume du Danemark. Copenhague

28 Août 2018

Type de contenu : VidéoConférence de presse conjointe

Type de contenu : VidéoLe toast

Type de contenu : VidéoConsultation citoyenne sur l'Europe

Type de contenu : VidéoLa conférence économique

Type de contenu : VidéoLa réception

Type de contenu : Conférence de presseLa conférence de presse

Écouter

Copenhague – Mardi 28 août 2018

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

LE PRESIDENT : Merci Monsieur le Premier ministre, cher Lars, pour votre accueil et je veux ici aussi remercier sa Majesté la Reine pour son invitation et dire le plaisir que j’ai d’être aujourd’hui à Borgen avec vous. Merci pour vos mots d’amitié. Et je peux dire que dans notre relation, les échanges que nous avons eus c’est la même amitié et la même fiabilité que j’ai toujours vue et aussi toujours donnée.

Cette visite d’Etat qui est la première depuis 1982 revêt une importance particulière d’abord parce qu’elle s’inscrit dans la profondeur de relations très anciennes. On m’a raconté que François MITTERRAND quand il est venu en 1982, et d'ailleurs à plusieurs reprises, a repris cette forme de jeu avec les Danois, disait « l'Europe nous a permis la fin de la guerre », pour sa génération c'était très important. Il rappelait, il disait « la France s'est battue avec beaucoup de pays en Europe mais, c'est étrange, elle ne s'est jamais battue avec le Danemark et je ne comprends pas pourquoi ». Et ce à quoi immanquablement ses interlocuteurs danois et en particulier sa Majesté la Reine lui répondait : « c’est simple, c'est parce que nous nous sommes toujours plutôt bien entendus ». Et je crois que nous nous inscrivons dans la logique de cette relation d'évidence.

En effet, la relation est ancienne, la France et le Danemark ont été des amis de toujours et aujourd'hui encore le Danemark est notre allié face aux défis majeurs du temps et vous les avez rappelés, la sécurité, l'Europe, le climat. Cette relation encore plus particulière du fait de la famille royale et de cette touche de France qui a entourée le Danemark depuis 50 ans me rend très heureux d'être parmi vous aujourd'hui, aussi peut-être parce qu'il y a au Danemark un peu des idées auxquelles je crois et dont je rêve pour la France et l'Europe. Un respect de la dignité de la personne humaine, une éducation exemplaire, où l'éveil à la culture est présent chaque jour, une école inclusive, un modèle là aussi de solidarité et d'Etat providence du XXIème siècle. Nul n'est parfait et on a toujours tendance à voir celui qu’on croise plus beau que soi, qu’on voit tous les jours mais il y a beaucoup d'une philosophie qui m'est chère et qui me rend heureux d'être parmi vous aujourd'hui, ce modèle danois est inspirant. Je suis également heureux d'être là parce que nous avons ensemble des défis pour l'Europe, pour le monde, importants à relever, sur lesquels nous sommes longuement revenus à l'instant.

C’est pourquoi, dès mon arrivée ce matin, j'ai souhaité rendre hommage aux forces armées danoises qui ces dernières années se sont battues à nos côtés sur les terrains les plus exigeants comme le Levant, l'Afrique et si le Danemark est engagé aux avant-postes de la communauté internationale et s’il est visé par les mêmes ennemis c'est d'abord parce que nous partageons les mêmes valeurs et en particulier un attachement farouche aux libertés fondamentales. Et en passant devant ce monument d'hommage à vos forces tombées en opérations extérieures, on voit que ce sont les mêmes théâtres d'opérations, les mêmes combats que nous avons conduits.

Par cette visite d'Etat, j’ai d'abord souhaité que nous puissions renforcer nos convergences de vues face aux défis mondiaux. Avec le Premier ministre, et vous venez d’en rappeler, cher Lars, le détail, nous avons longuement évoqué les principaux défis contemporains. En matière de défense notre convergence est réelle et forte, la coopération de fond mais surtout l'adhésion à l'initiative européenne de défense, les choix qui ont été faits et je pense que nous avons l'un et l'autre la conviction, nous en avons encore parlé lors du dernier sommet de l'OTAN, fermement établie, que l'autonomie stratégique de l'Europe passe par cette capacité à renforcer notre défense commune. Nous y reviendrons je pense dans un instant lors du débat. C'est pour moi une avancée importante des derniers mois et le Danemark en fait partie.

Je veux dire ici que la conception que je me fais de la défense européenne et ce que j'ai pu proposer hier à la conférence des ambassadeurs en proposant que nous lancions une réforme des traités européens pour permettre d'y intégrer une clause de solidarité, de sécurité et de défense renforcée et au-delà de ce qui existe aujourd'hui et que nous avons pu nous-mêmes utiliser en 2015, signifie que je souhaite que la France puisse apporter toute sa solidarité à tous les pays qui en ont besoin pour leur sécurité et leur défense et prendre dans ce contexte toute sa part.

Notre convergence est aussi sur la transition numérique, nous pouvons affirmer un modèle européen dans le monde qui passe par la juste taxation des entreprises numériques, la juste rémunération de la création artistique qui est un combat sur lequel dans quelques jours nous aurons à livrer une bataille européenne commune qui nous est chère et je sais que nous partageons les mêmes vues. Mais c'est aussi la capacité à continuer à innover, attirer les meilleurs acteurs de l'éducation supérieure à la recherche jusqu'à l'entreprenariat, avoir une stratégie commune que nous avons évoquée.

Ces défis communs européens, c'est aussi le climat et sur ce sujet vous avez rappelé vos engagements, nous avons une vision réitérée et commune, notre Europe a besoin d'une plus grande ambition climatique. La France s’est battue et continuera à se battre en ce sens et les prochains mois seront à cet égard décisifs en particulier pour avoir un bon fonctionnement de notre marché du carbone et des décisions cohérentes avec les objectifs que nous nous sommes donnés. En matière de lutte contre le dérèglement climatique, la France et le Danemark souhaitent véritablement que l'Europe s'affirme comme leader mondial et nous en avons les moyens.

Nous avons donc échangé avec le Premier ministre sur une grande variété de sujets européens mais je suis aussi venu au Danemark pour parler de la refondation européenne dans un dialogue direct avec le Premier ministre et ses concitoyens, mieux comprendre les préoccupations et les attentes et c'est ce que nous allons faire dans un instant. Nous nous rendrons à la Bibliothèque royale pour une consultation citoyenne et je suis très attaché à cet échange direct, sans filtre, il est pour moi important, et je souhaite pouvoir expliquer combien à mes yeux le dialogue avec le Danemark fait partie de cette stratégie européenne mais combien aussi à mes yeux le Danemark est un pays important pour l'Union européenne et le projet européen compte tenu du modèle qu’il représente et de l’engagement qui est le sien.

Je sais que le Danemark, le Premier ministre tout particulièrement, sont du côté du combat exigeant que l'Europe a à mener contre les nationalismes ou les tentations de repli et pour une vision progressiste sur chacun des sujets que je viens d'évoquer de l'Union européenne que nous avons à bâtir. Je crois aujourd'hui encore plus qu'hier que l'Union européenne a besoin d’un Danemark qui s'exprime, qui soit fier de sa place dans l'Europe et d'avoir des dirigeants danois qui portent cette vision et je sais que tu as tenu ces derniers mois des propos courageux sur l’engagement européen et je t’en remercie, ce combat nous le mènerons ensemble pour l'avenir de l'Europe.

Enfin, je viens également ici m'inspirer d'une société qui a réussi comme je le disais en évoquant rapidement le modèle danois à associer la performance économique et l'efficacité sociale. Nous allons continuer aujourd'hui et demain à échanger sur le modèle d'éducation, d’apprentissage, de formation professionnelle, de prisons ouvertes, de transition écologique, autant de sources pour moi d'inspiration, des réformes que nous souhaitons conduire.

Demain matin, je rencontrerai les acteurs économiques et sociaux au siège de Dansk Industri et sur ce plan le Danemark est l'un de nos partenaires les plus dynamiques, la progression de nos exportations vers le territoire danois est actuellement trois fois plus rapide que vers le reste du monde. Il y a plusieurs acteurs de différents secteurs économiques qui sont très importants en France, acteurs danois de rang international, qui ont décidé d'investir et je souhaite pouvoir discuter de cela avec eux demain. Les entreprises françaises ont remporté ici aussi de grands contrats ces dernières années qu'il s'agisse du métro, de la vente d'Airbus, de tramways, d'équipements urbains et j'en passe. Le nombre de projets industriels danois en France a également doublé ces deux dernières années, ce qui fait que notre relation économique a une dynamique aujourd'hui inédite mais que nous avons encore beaucoup à faire.

Enfin, s'il en était encore besoin, témoignent aujourd'hui de notre proximité et de notre parfaite coopération les nombreux accords et engagements que nous prenons en commun dans les domaines de la défense, de l'énergie, du climat, de la création cinématographique, de l'enseignement supérieur à travers ce qui sera signé par nos ministres et nos représentants.

Voilà, Mesdames et Messieurs, ce que je souhaitais ici rappeler en redisant tout le bonheur que j'ai de passer ces deux jours parmi vous, cher Lars, et vous pouvez compter sur moi pour goûter la douceur du pays et tous ses atouts et pour aussi aider à le promouvoir partout parce que je pense que donner à voir le Danemark aussi en France et ailleurs est un élément important de la stratégie que vous menez et dans laquelle je souhaite vous accompagner.