Avril 2014

A l'Elysée

Réception des participants au "Forum d’affaires franco-saoudien"

10 Avril 2013

Lieu : Paris, France

Rubrique : Economie, finances et industrie, International, développement et francophonie

Type de contenu : Déclaration/DiscoursLe texte intégral du discours

Discours du président de la République devant le forum franco-saoudien

Mesdames et Messieurs les ministres,

Messieurs les ambassadeurs,

Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprises,

Mesdames, Messieurs les organisateurs de ce forum,

Je vous souhaite la bienvenue, ici à l’Elysée.

Je suis heureux de vous accueillir à l’occasion du premier forum d’affaires entre la France et l’Arabie Saoudite.

Je remercie la ministre du Commerce extérieur, Nicole BRICQ, le ministre du Redressement productif, Monsieur Arnaud MONTEBOURG, ainsi que Toufik RABIA le ministre de l’Arabie Saoudite d’avoir pris l’initiative de cette rencontre.

Je veux saluer tout particulièrement celui sans lequel rien n’aurait été possible puisqu’il préside le Conseil d’affaires franco-saoudien, Maitre Mohamed BEN LADEN.

L’Arabie Saoudite réserve l’organisation de ce type d’évènements à un tout petit nombre de pays. Je suis donc fier que la France puisse être l’un de ceux-là ; fier comme les chefs d’entreprises françaises qui sont là et qui participent, chaque jour, au développement de l’Arabie Saoudite.

Entre la France et l’Arabie Saoudite, il y a une relation ancienne et confiante. Récemment, me rendant auprès du Roi Abdallah à Jeddah, je lui ai redit tout le respect que j’éprouve pour l’action qu’il conduit mais aussi toute l’admiration que je porte au développement, à l’ouverture de son pays. La réussite économique est évidente et je rappelle que l’Arabie Saoudite est le seul pays arabe qui participe au G20. C’est dire l’importance qu’il a aujourd’hui dans le monde.

Je salue aussi l’esprit de responsabilité des autorités saoudiennes par rapport au prix du pétrole.

Nous connaissons la situation économique. En Europe, elle est difficile et nous avons besoin dans ce moment de prix maitrisés pour le pétrole. Si la reprise intervient – et elle est attendue – il ne faudrait pas qu’elle soit enrayée, entravée par une augmentation du prix. Je sais que les autorités saoudiennes portent grande attention à la stabilité du marché, qui est une garantie à la fois pour les consommateurs et aussi pour les producteurs. Parce que nous devons, les uns et les autres, porter grand intérêt à l’économie mondiale.

Je viendrai prochainement en Arabie Saoudite afin de faire franchir une nouvelle étape dans la relation entre nos deux pays. Nos échanges ont considérablement progressé ces dernières années puisqu’il y a aujourd’hui un volume d’échanges qui s’élève à 8 milliards d’euros. Mais nous pouvons faire davantage

Cela dépend d’abord de la France et de nos entreprises pour qu’elles prennent mieux encore en compte les priorités de l’Arabie Saoudite, notamment sur la formation des jeunes et sur le partage des compétences industrielles. Nous y sommes prêts.

Je sais que l’Arabie Saoudite met un programme impressionnant d’investissements en œuvre, notamment pour son industrie pétrolière, la diversification de l’économie et également le développement de ses infrastructures. Heureuse coïncidence, ce sont des domaines où nos entreprises françaises sont leaders. Je ne vais pas ici toutes les citer, j’aurais peur d’en oublier. TOTAL est partenaire d’ARAMCO, GDF SUEZ est bien implanté dans la production combinée d’eau et d’énergie, THALES est un partenaire majeur des grands projets civils et militaires du royaume, EADS, ALSTOM… ça y est j’ai commencé la liste ! Dans le secteur industriel également : Air Liquide, LEGRANGE, SCHNEIDER, SANOFI et dans le domaine agroalimentaire, nous avons avec DANONE et beaucoup d’autres des entreprises de haut niveau.

Nous sommes aussi fiers qu’une entreprise comme CARREFOUR puisse être présente dans 13 magasins du royaume. Notre secteur bancaire est également bien implanté et nos entreprises de services également, notamment pour les services d’intérêt général. Je pense à l’eau, l’assainissement, le traitement des déchets…

Au moment où je parle je me rends compte que je cite des secteurs où il y a effectivement déjà des projets qui sont engagés, des réalisations qui sont faites. Ce qui compte, c’est d’amplifier le mouvement et d’élargir. Par exemple, sur l’énergie nucléaire, l’Arabie Saoudite est prête à faire des investissements et la France dispose d’une expertise unique au monde qu’elle est prête à mettre au service du royaume.

Je veux maintenant évoquer le sujet des investissements français en Arabie Saoudite mais aussi les investissements du royaume en France.

En Arabie Saoudite, la France a décidé de s’implanter depuis longtemps et nos entreprises consacrent 15 milliards de dollars – nous sommes le 3ème investisseur étranger dans le royaume. Ce que je veux ici vous dire, c’est que nous continuerons à investir parce que nous avons grande confiance en l’Arabie Saoudite.

Mais je veux ici lancer un appel. Il y a des opportunités également d’investissements en France et vous y êtes les bienvenus et dans tous les domaines : l’industrie, les services, l’immobilier, les placements financiers… Nous sommes un grand pays ouvert.

Dois-je rappeler que notre pays se place au 4ème rang mondial en termes d’accueil des investissements étrangers. Nous sommes même au premier rang en Europe pour les investissements industriels. 20 000 entreprises étrangères sont présentes chez nous en France. 700 décisions nouvelles d’investissement sont prises, chaque année, par des opérateurs étrangers, sans entrave de notre part – au contraire ! – avec la volonté de pouvoir leur faire le meilleur accueil et la meilleure hospitalité pour développer des partenariats et créer ensemble des emplois.

En vous recevant ici, je reçois des futurs investisseurs. Je ne vous obligerai à rien au terme de la cérémonie, n’ayez aucune crainte ! Je veux simplement vous convaincre de l’attractivité de l’économie française. Je vous l’ai dit : premier pôle d’accueil des investissements étrangers en Europe, en matière industrielle.

Nous faisons un effort depuis plusieurs mois, sous l’autorité des ministres qui sont ici, pour améliorer encore l’attractivité, la compétitivité, la productivité, le marché du travail ; pour que nous puissions être aussi forts que possible pour vous permettre de conquérir, non seulement le marché français, mais aussi le marché européen.

C’est le sens de ce forum d’affaires. Il vise à rapprocher, à mieux nous connaitre entre entreprises, entre responsables. Je suis impressionné par le nombre ici et demain. 500 entrepreneurs français et saoudiens seront ensemble pour mieux nous comprendre et aussi partager des décisions d’investissement et d’emploi.

Je voulais donc vous affirmer ici ma volonté de développer les échanges entre nos deux pays et de soutenir toutes les initiatives qui pourraient être prises et qui, je l’espère, seront fructueuses à l’occasion de ce forum d’affaires.

Merci. Lorsque je serai en Arabie Saoudite, je ne doute pas qu’on organisera un autre forum d’affaires, mais qui partira des résultats du premier. Je vous dis donc tous mes encouragements et tous mes remerciements.

 

 

 

 


Restez connecté