A l'Elysée

Déjeuner avec M. Joseph R. BIDEN, Vice-Président des Etats-Unis

04 Février 2013

Lieu : Paris, France

Rubrique : International, développement et francophonie

Type de contenu : Album photosLes photos de l'événement

Type de contenu : VidéoLe point de presse conjoint en vidéo

Type de contenu : Conférence de presseLe texte de la déclaration du Président lors du point de presse conjoint

Point de presse conjoint de M. le président de la République et de M. Joseph R. Biden, vice-président des Etats-Unis

LE PRESIDENT – « Mesdames et Messieurs, j’ai été ravi d’accueillir ici à Paris le Vice-président des Etats-Unis, M. Joe BIDEN. Je lui confirme toute l’amitié qui est la nôtre. Je lui redis toute notre confiance par rapport au nouveau mandat que Barack OBAMA et lui-même vont maintenant accomplir. J’ai eu l’occasion de lui dire aussi que nous avons devant nous des enjeux internationaux majeurs.

 

D’abord sur le Mali, j’ai apprécié le soutien des Etats-Unis, dès la décision que j’ai prise de l’intervention de la France au nom de la communauté internationale. Ce soutien des Etats-Unis est important : soutien politique, soutien matériel, soutien aussi logistique, soutien dans le cadre de la conférence des donateurs… Je veux donc ici exprimer, devant le Vice-président, ma gratitude. La France continuera sa mission. Elle consiste à faire que le Mali puisse retrouver son intégrité territoriale et ensuite à passer le relais aux troupes africaines et aussi à cette mission qui devra devenir demain une opération de maintien de la paix.

 

Nous avons également évoqué, avec la même convergence de vues, le dossier syrien. Là encore, nous constatons que la situation se dégrade, jour après jour, avec un nombre de civils tués et avec une impasse dans ce qui devrait être le règlement de cette situation. Nous, nous considérons que Bachar El-ASSAD doit partir et nous faisons tout pour qu’une solution de transition puisse être trouvée. C’est la raison pour laquelle nous avons soutenu la Coalition nationale syrienne, ce que les Etats-Unis également ont engagé.

 

Nous avons également abordé le programme nucléaire de l’Iran. Là encore, nous sommes au regret de constater que, malgré tous les efforts, l’Iran est toujours dans le refus de la transparence et de satisfaire à ses obligations internationales. Nous avons donné un rendez-vous, encore un, qui doit se tenir bientôt pour qu’une négociation puisse encore venir. Nous ferons donc pression jusqu’au bout pour que les négociations puissent aboutir.

 

Nous avons aussi la même volonté de faire repartir le processus de paix au Proche-Orient. Dès lors que les élections israéliennes viennent d’avoir lieu, dès lors que les autorités palestiniennes sont prêtes à s’engager, nous devons faire en sorte que les Etats-Unis et l’Europe puissent agir pour la reprise des négociations pouvant aboutir à création des deux Etats.

 

Ensuite, nous avons également évoqué l’économie. Nous portons – l’Administration américaine et la présidence française – la même démarche : faire que nos comptes publics puissent être redressés, chacun a des dettes qui lui ont été léguées par les précédentes majorités, mais nous avons tous la volonté, au-delà de ce règlement des dettes, de cette réduction du déficit, de soutenir la croissance.

 

Je n’oublie pas que la première réunion à laquelle j’ai participé au plan international, le sommet du G8 à Camp David, Barack OBAMA était la puissance invitante et il nous disait, il nous répétait, que la croissance devait être au cœur de nos décisions. Sérieux budgétaire et croissance ne sont pas incompatibles. Nous devrons, en Europe et aux Etats-Unis, en faire la démonstration.

 

Enfin, le dernier sujet sur lequel nous avons longuement dialogué, c’est le changement climatique, cette obligation qui nous est faite de léguer aux générations futures une planète qui puisse éviter des catastrophes, et donc faire en sorte que nous puissions – dans le cadre de la Conférence sur les changements climatiques – unir nos efforts pour arriver à des résultats tangibles.

 

Voilà ce que je peux dire de notre rencontre d’aujourd’hui. Elle va être suivie d’un prochain déplacement du ministre des Affaires étrangères français aux Etats-Unis pour rencontrer son homologue M. John KERRY et également de multiples échanges que j’ai avec le président OBAMA sur l’ensemble des sujets dont je viens de parler.

 

Mais la visite aujourd’hui du Vice-président des Etats-Unis, M. Joe BIDEN, est pour nous une nouvelle fois l’occasion de rappeler la force de l’amitié entre la France et les Etats-Unis ».


Restez connecté