Tribune pour Ouest France à l'occasion des 70 ans du Débarquement de Normandie #DDAY70

Tribune pour Ouest France du président de la République, François Hollande, à l'occasion des 70 ans du Débarquement de Normandie*

Il y a 70 ans, sur les plages de Normandie, l’avenir de l’Europe, celui du monde, se décidait. Alors que tout espoir semblait interdit, alors qu’une chape de plomb de terreur et de haine, celle de la barbarie nazie, s’était abattue sur notre continent, des soldats venus de tous les horizons mais aussi des résistants et des civils, ont su, avec un infini courage, inverser le cours de la seconde guerre mondiale et celui de l’Histoire.

Le débarquement, la plus grande opération aéronavale jamais imaginée, a couté la vie à plus de 3000 hommes en une seule journée, mais il a ouvert le chemin qui a permis la victoire. Nous n’oublierons jamais les hommes et les femmes du 6 juin. Ils ont sacrifié leur vie pour notre liberté.

70 ans plus tard, les commémorations organisées en Normandie sont un moment d’unité pour notre pays. Il est capable de se rassembler autour de l’essentiel : l’attachement à nos valeurs républicaines ; le devoir de mémoire à l’égard des nouvelles générations ; la volonté de vivre en paix dans une Europe unie.

Le 6 juin 2014, la Normandie accueille le monde entier. Dans le contexte international que nous connaissons, les cérémonies revêtent une dimension exceptionnelle : les dirigeants des pays qui étaient alors plongés dans la guerre ont tous répondu à l’invitation de la France. C’est un symbole de réconciliation. C’est surtout un geste pour la paix.

Préserver les conditions de la paix, c’est d’abord savoir se mobiliser autour de ce qui nous est commun. Après le chaos, les Nations Unies ont été créées pour garantir la suprématie absolue du droit sur la force. Après les luttes fratricides, les Européens se sont unis pour que plus jamais les conflits ne puissent les séparer. L’Europe c’est notre bien commun. Il nous incombe de la protéger et de la faire avancer. Les ennemis d’hier sont aujourd’hui côte à côte, fidèles à ce grand héritage.

Célébrer le 6 Juin, c’est avoir conscience que rien n’est jamais définitivement acquis, que le recul est toujours possible. Célébrer le 6 juin, c’est affirmer une détermination implacable face aux défis qui nous font face. Partout, les peuples continuent de lutter pour que leurs droits fondamentaux soient respectés.

Partout, les valeurs et les principes exprimés par la Charte de l’ONU sont menacés. Partout le terrorisme peut frapper. Alors nous n’en avons pas terminé, nous devons faire preuve du même engagement que celui de nos aînés pour la liberté. Nous devons tout mettre en œuvre pour régler les conflits par le dialogue. Nous ne devons pas hésiter à prendre, chaque fois que cela est nécessaire, nos responsabilités, dans le cadre du droit international.

Le 6 juin 1944, sur les plages de Normandie, les soldats du débarquement ont démontré que la démocratie était plus forte que la barbarie nazie et que, même dans l’adversité, tout est toujours possible. Il nous appartient de maintenir cette flamme vivante et de nous en montrer dignes. Voilà toute l’importance de cette journée pour notre pays, pour l’Europe, pour le monde.

*Cette tribune a été publiée dans Ouest France le vendredi 6 juin 2014 en compagnie de cinq autres tribunes exclusives de chefs d'Etat et de gouvernement sur le sens du 6 Juin 1944. Retrouvez toutes les informations sur le site du journal en cliquant sur le lien suivant : http://www.ouest-france.fr/70e-d-day-ils-nous-delivrent-leurs-messages-de-paix-2598544

Restez connecté