Avril 2014

Remise des insignes de chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres à Mme Candan Ercetin

Je vais remettre, à l’occasion de ma visite ici, à Galatasaray, les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres à Candan ERCETIN, qui nous a fait la grâce, le plaisir, le bonheur de chanter hier à l’occasion du dîner d’Etat. Les deux qui étaient les plus connues ici étaient « Je ne regrette rien » et « Tombe la neige ». Tout le monde connaissait, à défaut des paroles, au moins la musique.

 

Mais vous, vous parlez notre langue. Vous vous exprimez aussi bien en français qu’en turc et votre répertoire est à la fois celui des chansons françaises les plus connues et également des chansons traditionnelles turques.

 

A travers vous, je veux aussi saluer la communauté universitaire et le lycée de de Galatasaray car, comme tous les talents, vous en sortez. D’ailleurs, chaque fois que je rencontrerais maintenant un Turc, dans quelques responsabilités qu’il ait, je lui demanderai : « vous êtes de Galatasaray, vous ? ». Peut-être qu’il me chantera une chanson.

 

Vous incarnez donc l’excellence de la filière francophone de Galatasaray. Vous avez, vous aussi, une histoire personnelle. La Turquie est votre pays d’accueil puisque vous veniez d’Albanie, originaire du Kosovo, par vos grands-parents.

 

A l’âge de 11 ans, vous quittez votre famille et votre ville natale en Thrace pour rejoindre Istanbul où vous entrez comme interne au lycée de Galatasaray. Vous n’étiez pas née au moment où le Général de GAULLE est venu et vous étiez très jeune au moment où François MITTERRAND était là. Vous avez donc attendu 22 ans que je sois là aujourd’hui !

 

Que l’on ne s’y trompe pas, vous n’avez pas redoublé pendant 22 ans pour rester au lycée et à l’université. Vous avez mené votre carrière, le chant, avec de nombreux albums, des chansons que vous composez vous-même. Le cinéma, la télévision, l’enseignement parce que vous continuez également à transmettre, notamment pour les jeunes les plus défavorisés et pour les personnes handicapées.

 

Vous êtes une artiste, distinguée par de nombreux prix et disque d’or, reconnue pour votre humanité, connue pour votre francophonie. Autant de raisons qui justifient la décoration que je vais vous remettre aujourd’hui !

 

La France témoigne, à travers cette distinction qui vous est décernée, de sa reconnaissance pour les générations d’artistes, d’intellectuels turcs, francophones qui depuis cinq siècles ont été les passeurs entre nos deux pays, entre nos deux peuples. La République reconnaît donc votre parcours, votre talent mais aussi votre lycée. Merci.

Restez connecté