Paul JEAN-ORTIZ

Je perds avec Paul JEAN-ORTIZ bien plus qu’un conseiller diplomatique. Paul était un ami aussi discret que fidèle. Fin, subtil, cultivé, il avait une élégance d’esprit et une intelligence des situations, qu’il a, pendant toute sa carrière, mises au service des intérêts de la France. 

Passionné par la Chine au point d’en manier la langue avec raffinement, il aura contribué à promouvoir la politique française en Asie. 

Depuis un an, il affrontait la maladie avec courage et sérénité. Il a exercé jusqu’au bout la mission que je lui avais confiée. J’ai pu hier l’en remercier. 

Il s’est éteint une fois prodigués ses derniers conseils. 

J’adresse à Sarah et à ses filles le témoignage de ma reconnaissance et de mon amitié.

 

François HOLLANDE

 

Restez connecté