Intervention de M. le Président de la République lors de son entretien avec M. Vladimir POUTINE dans le Salon Vert, au Kremlin

Monsieur le Président,

Je vous remercie pour votre invitation. Vous l’aviez lancée dès le mois de juin.

J’ai mis quelques mois à venir en Russie mais j’y suis pour témoigner de la qualité de notre relation. Elle est ancienne et nous savons quels sont les liens qui unissent nos deux peuples dans l’histoire. Elle est majeure parce que nous somme deux grand pays, membres du Conseil de sécurité et qui ont des responsabilités pour régler des conflits planétaires et pour nous prémunir de menaces, notamment le terrorisme.

Nous avons une relation qui peut être encore plus forte, car il y a un immense potentiel. Nous pouvons considérer que notre relation est encore prometteuse. Vous avez évoqué les domaines dans lesquels nous pourrions faire davantage, même si c’est en Russie que nos entreprises ont le plus développé leurs exportations ces dernières années. Même s’il y a eu un recul en 2012, il a été très faible.

Je suis venu avec une délégation de chefs d’entreprises françaises. J’ai rencontré de nombreux représentants d’entreprises installés en Russie depuis des années, parce que je veux que nous franchissions une étape. Vous m’avez dit, dès notre première rencontre, que nous devions amplifier nos échanges économiques.

Nous allons tout faire au cours de ces prochaines heures – et lors de tout ce que nous aurons à prolonger avec les ministres et avec le représentant spécial que j’ai désigné, M. Jean-Pierre CHEVENEMENT – pour amplifier nos relations économiques.

Vous avez cité tous les domaines : énergie, transport, santé, ville durable. Sur tous ces sujets-là, nous avons des coopérations à engager et une excellence technologique qui n’est plus à démontrer.

Monsieur le Président,

Vous avez évoqué le stock des investissements français en Russie. Un stock important, près de 10 milliards d’euros. Il y a aussi des investissements russes en France. Mais nous souhaitons qu’ils soient plus importants encore avec la même idée de partenariat, de coopération, de partage de technologies. Nous faciliterons, par toutes les procédures possibles, les investissements français en Russie et russes en France.

Avant de rentrer dans le détail, je voudrais vous remercier personnellement. D’abord pour nous avoir permis de sortir un certain nombre d’équipements militaires d’Afghanistan, puisque j’avais pris l’engagement de retirer les forces combattantes françaises d’Afghanistan à la fin de l’année 2012. Grace à votre intervention auprès de républiques amies, vous avez pu nous permettre de le faire dans les délais et avec des conditions économiques les meilleures.

Ensuite, vous avez soutenu, dès le premier jour, l’intervention de la France au Mali, comprenant bien que cela s’inscrivait dans une lutte contre le terrorisme qui est à l’échelle du monde. Je sais que la Russie favorisera la transformation de cette opération en opération de maintien de la paix dans les prochaines semaines.

Ce qui m’importe de relever aujourd’hui, au-delà de ce qui peut parfois nous différencier, c’est la conception que nous avons ensemble d’un certain nombre de principes d’indépendance, de souveraineté, d’équilibre dans le monde et de lutte contre des fléaux qui menacent la stabilité.

Nous sommes deux grands peuples qui ont su, dans leur histoire, tisser suffisamment de liens pour savoir quelle est leur responsabilité commune pour l’avenir.

Restez connecté