Discours du président de la République à Arlington

Monsieur le Secrétaire de la défense, Chuck Hagel,

Mesdames et Messieurs les Ministres du gouvernement français,

Messieurs les parlementaires,

Mesdames et Messieurs les élus,

Monsieur l’ambassadeur,

Messieurs les officiers généraux,

Chers amis américains civils et militaires,

Mesdames Messieurs,

 

Ici devant la tombe du soldat américain inconnu, la tombe du soldat américain inconnu de la Seconde Guerre mondial, je suis venu rendre hommage au sacrifice consenti par les Etats-Unis pour secourir la France. C’était il y a 70 ans.

 

70 ans, c’est une durée qui peut paraître longue pour des hommes et les femmes d’aujourd’hui mais c’était hier. C’était aussi la volonté du peuple américain de se rappeler que, deux siècles plus tôt, c’était la France qui avait permis à l’Amérique d’accéder à l’indépendance.

 

Nos deux pays se sont forgé une même histoire, fondée sur une même conception, celle de la démocratie et de la liberté.

 

Et à chaque fois que ces valeurs ont été menacées, l’Amérique s’est engagée aux côtés de la France pour les défendre. Et ce fut la grandeur du combat des soldats américains contre la barbarie nazie. C’est le sens de la cérémonie d’aujourd’hui : exprimer, au nom du peuple français, notre reconnaissance à tous ceux qui sont venus combattre à nos côtés à l’occasion de ce grand évènement que fut le débarquement, et qui s’est traduit par la libération de la France puis de l’Europe toute entière.

 

En souvenir de ce geste glorieux et pour marquer le symbole de notre gratitude, je remets la médaille de la Légion d’honneur, la plus haute distinction de la République française, au soldat américain inconnu de la Seconde Guerre mondiale.

 

Cette haute distinction témoigne pour toujours de la solidarité qui unit à jamais nos deux pays.

 

Soldat américain inconnu de la Seconde Guerre mondiale, au nom de la République française, nous vous faisons Chevalier de la Légion d’honneur. »

 

Restez connecté