Déclaration du Président de la République suite à sa rencontre avec M. Ahmad MOAZ AL-KHATIB


LE PRESIDENT : « J'ai reçu ce matin le Président de la coalition nationale syrienne, M.MOAZ AL-KHATIB qui est pour nous le seul représentant légitime du peuple syrien. Nous avons évoqué la manière avec laquelle cette coalition va s'organiser pour assurer non seulement sa légitimité mais sa crédibilité.

Le Président de la Coalition nous a fait la démonstration qu'il y aura, non seulement la volonté de rassembler et de réunir toutes les composantes du peuple syrien -- ce qui a déjà été largement engagé -- mais en plus une centralisation par une organisation de l'aide qui sera installée au Caire pour apporter aux Syriens tout le soutien humanitaire qu'ils attendent.

Il y aura également un commandement militaire intégré de façon à ce que les Syriens puissent, eux-mêmes, assurer la libération de leur territoire de manière cohérente.

La France a rappelé combien elle était attachée à trouver rapidement une solution et que cette solution devait d'abord passer par l'affirmation d'une transition politique. C'est pourquoi nous avons pris -- j'ai pris -- la décision de reconnaître la Coalition comme la représentante légitime du peuple syrien. J'ai même ajouté une conséquence, c'est qu'il y aura un ambassadeur de la Syrie en France qui sera désigné par le Président de la Coalition.

J'ai également demandé au ministre des Affaires étrangères Laurent FABIUS, dès lundi lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, de poursuivre notre travail de conviction pour que la reconnaissance que la France a déjà faite puisse être prolongée par d'autres déclarations venant de pays européens et de l'UE.

Reste la question de l'embargo sur les armes. Je ne veux pas dissimuler l'importance de cette question : à la fois le besoin des Syriens de disposer de moyens militaires mais aussi le contrôle que la communauté internationale doit assurer. Cette discussion aura donc également lieu au sein de l'Union européenne pour que les ministres des Affaires étrangères puissent prendre les meilleures dispositions.

Enfin, la France continuera à apporter un soutien direct sur le plan humanitaire et notamment dans les zones qui ont été libérées, en liaison étroite avec la Coalition nationale syrienne.

C'était très important que nous puissions avoir ce contact aujourd'hui pour, à la fois, marquer notre confiance dans le futur gouvernement de la Syrie et en même temps montrer la mobilisation qui doit être la nôtre pour que cette situation, qui n'a que trop duré, puisse trouver son terme et un terme démocratique.

Je me suis également assuré de la représentation de toutes les composantes de la Syrie. Là aussi, le Président m'a donné toutes les garanties, notamment sur la présence de chrétiens et d'alaouites, dans la future organisation de la Syrie démocratique.

Je le remercie d'être venu et je l'assure de tout l'appui de la France pour la plus belle cause qui soit, c'est-à-dire celle de la liberté ».

Restez connecté