Déclaration conjointe de M. le président de la République et de M. XI Jinping, président de la République Populaire de Chine

M. Xi JINPING – « C’est un grand plaisir pour moi de vous rencontrer ensemble avec le président, François HOLLANDE. Je voudrais exprimer mes souhaits de bienvenue aux journalistes français qui ont fait un long voyage pour venir en Chine.

Suite au séisme survenu à Lu-Chan, dans la province du Sichuan, le président François HOLLANDE a publié une déclaration pour exprimer la solidarité aux sinistrés. Aujourd’hui, il a exprimé une fois de plus les sentiments de sympathie et le soutien de la France. Je tiens à lui exprimer mes sincères remerciements au nom du Gouvernement et du peuple chinois.

Tout à l’heure, j’ai eu des échanges sincères, approfondis et amicaux avec le Président François HOLLANDE sur les relations sino-françaises et les grandes questions internationales d’intérêt commun. Nous avons publié un communiqué de presse conjoint sur la construction d’un monde de paix, de démocratie, de prospérité et de progrès. Nous avons également assisté à la signature d’une série de documents de coopération importants.

Le président François HOLLANDE et moi, sommes unanimes à estimer que les relations sino-françaises sont chargées d’histoire et ont devant elles un bel avenir. Les relations bilatérales dépassent déjà le cadre bilatéral et sont dotées d’une portée globale stratégique.

Nous avons décidé de renforcer notre coordination et concertation sur les affaires politiques et économiques internationales, ainsi que sur les questions d’actualité régionale. De travailler ensemble pour promouvoir l’avènement d’un monde multipolaire et la démocratisation des relations internationales. De faire évoluer l’ordre international dans un sens plus égalitaire et plus équilibré, de sorte à sauvegarder la paix et la stabilité dans le monde et à promouvoir le développement et la prospérité.

Nous avons décidé de continuer à considérer l’autre partie comme partenaire global stratégique ; de continuer à consolider et approfondir la confiance mutuelle politique de haut niveau ; de continuer à respecter, à comprendre et à soutenir les efforts déployés par l’autre parti pour sauvegarder la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale ; et de soutenir le choix indépendant de la voix de développement, de part et d’autre.

Nos deux pays vont renforcer leur dialogue stratégique, approfondir leur coopération dans les différents domaines et se soutenir mutuellement. Nous avons également décidé d’établir un dialogue économique et financier de haut niveau, afin d’accroitre notre dialogue et notre coopération dans les secteurs économiques et financiers, d’importance majeure.

Après ce point de presse, je vais assister, avec le Président François HOLLANDE, au Forum économique sino-français. Nous attachons de l’importance au rôle majeur de la coopération économique et commerciale dans nos relations bilatérales. Nous nous félicitons des résultats positifs obtenus dans les domaines traditionnels que sont l’énergie nucléaire et l’aéronautique.

Dans le même temps, nous estimons qu’il faut adopter une vision stratégique dans notre coopération, accroitre l’interpénétration et développer ensemble des marchés tiers. Nous avons décidé d’élargir notre coopération dans l’urbanisme, l’agriculture moderne et les nouvelles énergies, afin d’insuffler une impulsion intarissable aux relations bilatérales.

L’année prochaine marquera le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Ce sera un évènement très important dans l’histoire des relations bilatérales. Nous avons décidé de démarrer, au plus tôt, les préparatifs et d’organiser des activités de célébration de haut niveau afin de resserrer les liens d’amitié entre nos deux peuples.

Nous estimons également que la Chine et la France doivent œuvrer ensemble pour préserver la diversité culturelle dans le monde.

Merci aux amis de la presse qui portent intérêt aux relations sino-françaises. Je vous souhaite bonne santé et tous les succès dans votre travail ».

 

LE PRESIDENT – « Mesdames et Messieurs de la presse, j’ai renouvelé le message de condoléance et de soutien du peuple français au peuple chinois, à la suite du terrible tremblement de terre. La solidarité de la France est totale et elle fera tout, s’il y a besoin d’apporter sa contribution, pour qu’il y ait le moins de souffrance possible pour les Chinois.

J’ai également remercié le président Xi JINPING pour l’accueil qui a été réservé à la France, je dis bien à la France. En me recevant comme premier chef d’Etat venant ici à Pékin, c’est un signe qui renvoie à l’amitié mais également qui confirme la confiance que la Chine fait à la France. L’amitié est liée à l’histoire et le président a rappelé combien, il y a 50 ans, la reconnaissance par le Général de GAULLE, au nom de toute la France, la reconnaissance de la Chine populaire, avait créé un lien irréversible entre nos deux pays.

Aujourd’hui, ma visite doit correspondre à une nouvelle étape du partenariat stratégique qui, je le rappelle, avait été conclu en 1997. Nous avons décidé, le président Xi JINPING et moi-même, de resserrer considérablement nos liens de concertation et de coordination pour aborder les enjeux internationaux.

Dialogue stratégique avec nos ministres des Affaires étrangères, dialogue économique et financier avec nos ministres de l’Economie et des Finances et dialogue personnel. Chaque année, nous pourrions nous rencontrer pour que la Chine et la France puissent se concerter sur les grandes interrogations du monde par rapport à sa gouvernance et les conflits qui existent ; par rapport aux menaces, la prolifération nucléaire, le terrorisme mais également le réchauffement climatique – afin de porter les mêmes positions.

La Chine et la France, en effet, portent les mêmes principes : l’indépendance, la souveraineté, le respect, l’équilibre. Ce sont des principes utiles pour le monde multipolaire que nous voulons promouvoir. Et c’est pourquoi nous n’avons pas eu de difficultés pour aborder les enjeux que sont l’Afrique, le Mali, la situation aussi en Iran, le risque de prolifération nucléaire, la Corée du Nord… Pour aborder ces sujets-là, les principes que nous venons d’évoquer et l’amitié entre la France et la Chine sont de puissants renforts.

Mais le partenariat doit être aussi économique. Et si nous nous réjouissons de voir constamment le volume de nos échanges augmenter, je constate – et le Président fait aussi la même observation – qu’il y a un déséquilibre et que nous avons 26 milliards de déficit commercial. Cela tient, pour une part, à nos propres responsabilités françaises. Nous devons donc – et c’est le sens de la présence de nombreux chefs d’entreprise qui m’accompagnent – être plus compétitifs, plus présents, plus ardents pour prendre les marchés que le dynamisme de l’économie chinoise nous permet de conquérir.

L’idée sur laquelle nous nous sommes retrouvés avec le Président chinois, selon une logique bien connue du gagnant-gagnant, est de rééquilibrer par le haut nos échanges économiques, en augmentant le volume de nos échanges et de nos investissements, non pas en les réduisant, ce qui serait la pire des attitudes.

Nous devons partir de ce qui a déjà été bâti depuis des années : le nucléaire et l’aéronautique. Les accords qui ont été signés en sont la démonstration. Sur le nucléaire, la coopération qui est maintenant menée va de l’amont, jusqu’à la sûreté nucléaire en passant par les réacteurs et le traitement des déchets. C’est une coopération globale sur le nucléaire que nous avons, ici, engagée. L’autre grande coopération porte sur l’aéronautique. Un accord a, là encore, été signé. Nous devons faire en sorte qu’il puisse y avoir un bon partage de la technologie et des conséquences de ces contrats sur l’emploi en Chine et en France.

Avec le Président chinois, nous avons également identifié plusieurs secteurs où nos entreprises, qui sont reconnues pour leur excellence, puissent répondre aux besoins des marchés chinois. C’est l’agroalimentaire, les énergies nouvelles, l’urbanisme, la santé et le numérique. C’est là-dessus que nous voulons donner un nouvel élan à notre partenariat.

Enfin, nous avons convenu que des investissements français pouvaient continuer à se faire en Chine – il y en a déjà de nombreux – et que la France était prête à accueillir des investissements chinois. Il n’y aura pas d’obstacles, dès lors que ces investissements créent de l’emploi, de l’activité et permettent à des entreprises d’être confortées. J’ai donc pris l’engagement que tout serait fait, aussi bien pour les capitaux financiers – à travers un fonds ou des fonds commun – que des capitaux pour l’investissement en termes physiques, c’est-à-dire d’entreprises et de créations d’emploi, pour que tout ce flux de capitaux, puisse venir en France le plus rapidement possible.

J’ai dit au Président chinois que la zone euro avait fait beaucoup d’efforts, ces derniers mois, pour assurer sa stabilité, son intégrité. La confiance est revenue mais pas la croissance. L’Europe a donc besoin de la Chine pour la croissance. Et la Chine a également besoin de l’Europe pour son propre développement. Nos avenirs sont liés. Il ne peut pas y avoir une Chine qui continue de se développer si l’Europe elle-même est dans la stagnation ou dans l’austérité. C’est pourquoi nos intérêts sont communs.

Nous avons donc défini un partenariat politique, économique mais également culturel. Nous avons convenu d’augmenter le nombre d’étudiants français en Chine et chinois en France ; de multiplier les échanges universitaires, la coopération scientifique ; de faire en sorte que les industries culturelles, notamment le cinéma français, puissent avoir une place plus importante en Chine et que nous puissions attribuer plus de visas pour cette mobilité indispensable.

Enfin, j’ai invité le Président Xi JINPING à venir en France. Nous aurons à préparer le 50ème anniversaire. Il y aura énormément d’événements. D’ici là, j’invite tous les touristes chinois à venir en France. Ils y seront accueillis en toute sécurité. Merci ».

Restez connecté