Déclaration conjointe avec M. XI Jinping, président de la République populaire de Chine

LE PRESIDENT – « Monsieur Le Président, Messieurs les ministres, je suis très heureux de vous accueillir ici à Paris pour cette visite d’Etat qui marque une étape importante de notre histoire, 50 ans après le rétablissement des relations diplomatiques entre nos deux pays et qui va ouvrir une nouvelle phase, comme la visite que j’avais moi-même effectuée en Chine, il y a maintenant près d’un an.

Nous avons voulu célébrer avec éclat le 50ème anniversaire de cet acte historique, celui qui avait été posé par le Général DE GAULLE et il y a eu pas moins de 300 manifestations en Chine et en France pour marquer l’importance de cet événement.

Et si nous devons être fidèle à ce passé qui nous unit, et qui remonte d’ailleurs à très loin, nous devons aussi donner un sens au partenariat stratégique que nous avons conclus en 1997.

D’abord un dialogue politique qui doit être au plus haut niveau et c’est la raison pour laquelle, non seulement le Premier ministre français est venu en Chine, mais je pense que Laurent FABIUS, le ministre des Affaires étrangères a du faire six fois le voyage et j’ai beaucoup de mal à le retenir en France tant il veut aller en Chine régulièrement.

Grâce à la qualité de cette relation avec vos propres ministres et collaborateurs, nous avons pu sur les sujets internationaux importants, que sont la question de la Syrie, de l’Iran, de l’Ukraine, du Moyen Orient, trouver des positions communes. Parce que la France et la Chine partagent les mêmes principes à l’échelle du monde.

Le premier principe, c’est l’indépendance, la souveraineté des Etats et le respect du droit international.

Le second principe, c’est l’intégrité territoriale et le refus de tout séparatisme.

Le troisième principe, c’est de servir la paix et donc d’intervenir par tous les moyens diplomatiques pour trouver les solutions aux crises.

Enfin, c’est de permettre la sécurité. Et j’ai été très sensible au soutien que la Chine nous a apporté, notamment pour nos politiques à l’égard du continent africain. Et en ce moment, sur la question de l’Ukraine, nous avons beaucoup apprécié la position de la Chine. Favoriser le dialogue et en même temps, être ferme sur les principes de l’intégrité territoriale.

Sur le plan bilatéral, nous avons aussi d’excellentes relations, même si nous avons un devoir pour ce qui nous concerne, c’est de rééquilibrer le commerce extérieur entre nos deux pays. Nous en avions parlé lors de ma visite d’Etat en Chine, et depuis un an, les résultats sont au rendez-vous. Sur le nucléaire civil, c’est une coopération ancienne, sur l’aéronautique, là où nous avons déjà multiplié les échanges, mais aussi sur de nouveaux domaines. L’agroalimentaire, et je sais que vous y avez veillé, mais aussi la « ville durable », et également sur toutes les questions des technologies. Et je sais que des contrats importants vont être signés à l’occasion de votre visite, notamment un qui est à la fois majeur sur le plan industriel et symbolique de ce que nous voulons faire, c’est l’accord entre Dongfeng et Peugeot.

Parce que notre ambition, ce n’était pas simplement de multiplie les échanges, c’est de multiplier les investissements. Nous n’avons pas que des ambitions économiques, nous avons aussi la volonté de multiplier les échanges entre nos deux pays. Faire qu’il y ait plus de Français qui parlent chinois, plus de Chinois qui parlent français, même si certain le parle déjà excellemment. Mais aussi avoir des échanges entre universités, laboratoires scientifiques, chercheurs, pour que nous puissions être ensemble sur les domaines essentiels. Notamment le spatial, la recherche scientifique, la santé.

Et puis, nous avons la volonté également de faire connaitre davantage à nos compatriotes respectifs la culture que nous pouvons nous-mêmes partager.

Il y aura de grandes expositions en Chine. Les impressionnistes notamment, y seront présentés mais aussi, ici, à Paris, des œuvres chinoises seront également exposées.

M. le Président, je pourrai parler des heures et des heures de ce que nous avons à faire ensemble. C’est pour cela que nous avons convenu de nous voir une fois par an au moins.

Je veux terminer par un sujet très important, c’est la Conférence sur le climat que la France va accueillir à la fin de l’année 2015. Je sais que la Chine est pleinement investie par rapport à cet objectif de lutter contre le réchauffement du climat. Nous souffrons de la pollution dans les villes. A Paris, il y a quelques jours nous avons même été obligé de réduire la circulation de l’automobile, tant l’air était devenu irrespirable pour des personnes fragiles. Je sais que vous avez le même problème dans vos grandes villes, c’est un devoir pour nous de faire en sorte de prendre les décisions indispensables.

Mais, ce que je voulais, Monsieur le Président, c’est que vous sentiez à travers votre voyage ici, votre visite, combien l’amitié entre la France et la Chine restait intense et ouvrait d’autres domaines de coopération que nos prédécesseurs ne pouvaient même pas imaginer. »

M. XI JINPING – « Monsieur le Président, c’est un grand plaisir pour moi d’effectuer, sur votre invitation, une visite d’Etat dans votre beau pays, et c’est ce que nous avons promis lors de votre dernière visite en Chine.

Sur la route, nous avons eu des drapeaux nationaux de la Chine et de la France, aux Champs-Elysées, ce qui montre une bonne ambiance de l’amitié sino-française.

Tout à l’heure, la solennelle cérémonie d’accueil illustre également la haute importance que vous accordez aux relations sino-françaises.

En fait, à partir de Lyon, nous avons fait l’objet d’un accueil exceptionnel. Le ministre FABIUS, Son Excellence, Madame l’Ambassadeur sont allés m’accueillir et hier soir, nous avons assisté à un dîner à l’Hôtel de ville de Lyon et j’ai même goûté des gastronomies, des spécialités françaises. Et ce matin, j’ai visité l’Institut franco-chinois BioMerieux et j’ai été très impressionné par toutes ces activités intéressantes.

Je suis sûr que ma présente visite, tout comme la dernière visite que vous avez effectuée en Chine, permettra de faire avancer nos relations bilatérales et cela sera une visite hautement symbolique. Et je crois que vous avez déjà dit tous les mots que je voudrais dire sur notre coopération bilatérale.

L’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, il y a 50 ans, est un geste pionnier. Et 50 ans après, nous avons à faire un bilan de notre relation bilatérale et pour ouvrir l’avenir dans les années à venir.

Je suis d’accord avec vous pour dire qu’à l’avenir, nous avons à renforcer notre confiance mutuelle politique, approfondir notre coopération pragmatique dans tous les domaines, resserrer les liens entre nos deux peuples, en accroissant les échanges humains et culturels et intensifier notre coordination et concertation sur les affaires internationales et régionales. Nous devons rehausser nos relations bilatérales en lui donnant une nouvelle définition.

La Chine soutien la France dans l’organisation sur tous les plans de la Conférence climat en 2015. Et j’espère que grâce aux efforts conjugués de part et d’autre, nous allons faire aboutir de cette conférence, des résultats positifs.

En ce qui concerne notre coopération économique et commerciale, je crois que nous avons besoin des projets phares pour promouvoir les investissements croisés, pour enregistrer de nouvelles avancées. Par exemple, le projet entre Peugeot-Citroën et Dongfeng, que vous avez évoqué, mais aussi le développement d’Airbus en Chine pour faire de Tianjin, un centre Airbus en Asie.

Et je crois que lors de notre entretien et lors du grand rassemblement de commémoration demain, nous allons dégager d’importants consensus pour planifier l’avenir de notre coopération mutuellement avantageuse.

Restez connecté