Appel à l'action pour la sécurité alimentaire et la lutte contre le changement climatique

Écouter
Rubrique : Agriculture, mer et pêche, COP 21, Développement durable et énergie

1. Nous, Ministre de l’agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt de la République française et Ministre des politiques agricoles alimentaires et forestières de la République italienne, et personnalités de différents pays déterminés à agir pour le climat, réunis à Milan dans le cadre de l’Exposition Universelle Expo Milano 2015, désirons rappeler à la communauté internationale, à l'ensemble des acteurs et à l'opinion publique mondiale la nécessité de la lutte contre le changement climatique pour améliorer la sécurité alimentaire et poursuivre la réduction du nombre de personnes souffrant de la faim et de la malnutrition.

2. À moins de 150 jours de la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21) qui se tiendra à Paris en décembre 2015 et dont les résultats seront déterminants pour la vie de milliards de personnes, nous appelons la communauté internationale à conclure un accord ambitieux, équitable et universel sur le climat pour préserver notre planète, réduire la faim et la pauvreté, en particulier dans les zones rurales où vivent aujourd’hui la plus grande part de ceux qui souffrent de la faim et permettre à un nombre croissant d’hommes et de femmes de mieux se nourrir.

3. Nous appelons à agir pour le climat et la sécurité alimentaire. En nous réunissant dans le cadre de l’Exposition Universelle Expo Milano 2015 autour du thème « Nourrir la planète, énergie pour la vie », nous avons conscience des défis mis en évidence par la Charte de Milan. Encore aujourd’hui, 800 millions d’hommes et de femmes souffrent de la faim et de la malnutrition et la plupart d’entre eux vivent dans des zones rurales. Le changement climatique va les rendre encore plus vulnérables. 600 millions de personnes supplémentaires pourraient être sous-alimentées à cause du changement climatique d’ici à 2080. Les populations qui souffrent de la faim et de la malnutrition seront donc les premiers bénéficiaires d’un accord universel et contraignant à la COP 21 pour limiter les effets négatifs du dérèglement climatique.

4. Tous les pays, toutes les populations et tous les secteurs d’activité doivent participer à la lutte contre le changement climatique, y compris le secteur agricole, qui doit se mobiliser en favorisant les investissements, la recherche, l’innovation et la formation. De nombreux leviers peuvent être activés pour lutter contre le dérèglement climatique et notamment la promotion de l’économie circulaire et la valorisation des déchets, la diffusion du progrès technique, la poursuite du progrès génétique, la lutte contre le gaspillage alimentaire au Nord comme au Sud, le recours à davantage de matériaux biosourcés, l’adoption de règles du commerce mondial qui permettent des politiques agricoles respectant le droit à l’alimentation et l’autonomie alimentaire. Nous insistons en particulier sur le rôle des sols dans ce combat. Il faut les protéger pour que l’humanité puisse conserver une terre nourricière en luttant contre la désertification, la salinisation, l’érosion et l’artificialisation. Nous devons aussi augmenter la teneur en matière organique des sols. Si la teneur actuelle pouvait être majorée de 4 pour 1.000, cela permettrait de participer de façon déterminante à l’augmentation du stockage du CO2 et de lutter contre le changement climatique mais cela améliorerait aussi la fertilité des sols grâce à l’adoption de méthodes de travail plus respectueuses de l’environnement et des milieux.

5. Nous appelons à la solidarité et à la justice face au changement climatique. Nous sommes convaincus qu’une large part du Fonds vert qui va rassembler les contributions des Etats les plus riches de la planète pour financer la transition énergétique des pays les moins avancés, mais aussi du Fonds d’adaptation, et des 100 milliards de dollars engagés à partir de 2020, doit être consacrée au financement de politiques qui permettront aux agriculteurs des pays du Sud de mieux lutter et de s’adapter au changement climatique.

6. Considérant que nous devons lutter contre le changement climatique pour améliorer la sécurité alimentaire mondiale et que nous devons passer des intentions à l'action, nous appelons solennellement :

A. tous les Etats à travailler concrètement et rapidement pour lutter contre le changement climatique, la faim et la malnutrition en promouvant des méthodes agricoles qui permettent d’augmenter la production et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, en tenant compte des situations locales et en assurant la cohérence entre la lutte contre le changement climatique et les objectifs des politiques de développement ;

B. tous les Etats à promouvoir en particulier les politiques qui protègent les sols et visent à augmenter leur teneur en CO2 ;

C. tous les États à participer à l’alimentation du Fonds vert qui devra consacrer une part significative de ses moyens au financement de méthodes permettant aux agriculteurs des pays du sud de mieux lutter et de s’adapter au changement climatique, et d’encourager les acteurs privés à contribuer par leurs initiatives à abonder ces financements ;

D. chacun à diffuser cet appel et à faire prendre conscience de la nécessité d'agir rapidement et partout, et de parvenir à un accord mondial sur le climat en décembre à Paris.

Fichier PDF (339 Ko):  Telecharger la declaration3

Rechercher dans les actualités

Une liste des raccourcis clavier pour le calendrier est disponible dans la page accessibilité. Lors de la validation d'une date ou de la sortie du champ, l'agenda sera automatiquement mis à jour. Entre et

Dernières actualités