Allocution du président de la République à l'occasion du 6e forum des investisseurs indiens et français

Messieurs les ministres français,

Monsieur le ministre,

Nous sommes heureux de vous accueillir ici, Mesdames et Messieurs les chefs d’entreprise.

J’ai l’impression que nous ne nous sommes pas quittés, puisqu’il y a quelques semaines à peine, nous étions déjà réunis ensemble, chefs d’entreprise, responsables politiques, à l’occasion de mon déplacement en Inde.

Nous avions eu deux rencontres - je salue l’Ambassadeur-, l’une à Delhi, l’autre à Bombay, et nous avions convenu de nous revoir ici, à Paris. Je veux remercier les deux co-présidents qui ont réussi à nous permettre de nous revoir ce soir et de pouvoir engager cette discussion.

Il est vrai que nous avons ensemble, l’Inde et la France, un partenariat politique qui est de grande qualité, nous avons des relations historiques, culturelles qui nous rapprochent.

Mais nous devons, autant qu’il est possible, traduire ce bon climat, cet état d’esprit en forte relation économique et commerciale.

Nous considérons que les échanges que nous avons entre nos deux pays sont à un niveau certes significatif, mais qui peut être encore relevé. Nous avons des domaines de prédilection : l’aéronautique civile et même militaire. Mais nous voulons - comme je l’avais indiqué lors de mon déplacement en Inde - ouvrir plusieurs domaines.

Je salue Paul HERMELIN, qui y contribue, puisqu’il est notre représentant spécial. Et parmi les chemins que nous avions identifiés et que nous allons travailler ensemble avec les ministres qui sont ici présents, il y a d’abord celui du domaine des nouvelles technologies.

L’Inde, de ce point de vue, a montré une capacité et nous devons nous hisser à son niveau. CAPGEMINI en est un bon exemple.

Le second domaine que nous devons avec vous amplifier, c’est celui de l’énergie: énergie nucléaire, énergie renouvelable, où nous avons des capacités très élevées, nous aussi, à faire valoir.

Autre domaine : les transports - beaucoup d’entreprises représentent ce secteur - les infrastructures, et nous voulons avec les entreprises indiennes avoir une coopération, là aussi, exemplaire.

J’avais eu la chance aussi de visiter des établissements qui faisaient de la recherche en matière de santé et pour nous, c’est un secteur qui doit être également ouvert très largement.

Nous avons enfin deux domaines, je ne veux pas identifier la France à ces deux domaines, mais nous y avons un certain nombre d’atouts à faire valoir : c’est l’agroalimentaire et le tourisme.

Nous voulons donc que tous ces secteurs, tous ces domaines puissent être, avec vous qui représentez des entreprises de taille différente, mais qui avez de l’excellence, nous voulons que ces domaines puissent être autant de champs d’expansion pour nos échanges.

Le deuxième objectif de notre rencontre, c’est de développer les investissements entre nos deux pays. Pour ce qui concerne les investissements français en Inde, ils sont importants et je m’en félicite, puisque le stock de nos actifs en Inde est supérieur à 13 mds d’euros.

Nous avons 750 entreprises françaises présentes, employant de nombreux salariés indiens.

Nous avons la volonté de continuer cette stratégie d’implantation en partenariat avec les entreprises indiennes parce que nous voulons concevoir des alliances et faire ensemble pour faire mieux et pour faire plus.

Je l’avais dit à Dehli, je le confirme ici à Paris : nous voulons aussi convaincre les investisseurs indiens de venir en France, toujours avec le même esprit de partage, de respect et de responsabilité.

Quels sont les atouts que nous pouvons faire valoir – je pense que ce sont les entreprises qui sont ici qui pourraient le dire mieux que moi ? L’atout, c’est notre bon niveau de technologie. L’atout, c’est un accès au marché européen et africain. L’atout, c’est une qualité de la main d’œuvre.

Nous avons des efforts à faire. Nous faisons en sorte d’assouplir un certain nombre de règles notamment sur le marché du travail. Nous avons notamment souhaité simplifier un certain nombre de règlementations. Nous faisons aussi un travail pour faire que les filières industrielles puissent être ouvertes aux partenaires étrangers.

Voilà pourquoi j’ai bon espoir que, de cette nouvelle rencontre, dans le cadre de ce forum, puisse naître un certain nombre de décisions d’investissement. La France est l’une des premières destinations en matière d’investissements étrangers.

Nous faisons attention car il y a compétition sérieuse entre les pays – pays développés, pays émergents – pour accueillir les investisseurs. Nous sommes très attentifs aux critères de rentabilité, de compétitivité et je ne doute pas que nous aurons de ce point de vue des échanges.

Je ne veux pas être plus long, parce que je veux vous entendre, je veux pouvoir répondre avec les ministres qui sont ici présents, à vos questions. Mais je me félicite de l’état d’esprit qui règne entre nous, de cette continuité, de cette cohérence, de cette démarche de partenariat.

Je remercie encore le ministre du Commerce extérieur indien d’être parmi nous, les deux co-présidents, et je lui demande de saluer le premier ministre SINGH avec beaucoup d’amitié car nous avons gardé un excellent souvenir de notre visite en Inde. Nous avions ouvert, je crois, une relation durable entre nos deux pays. Merci à tous.

Restez connecté