Allocution de Lionel Jospin à l'issue de son entretien avec le Président de la République

Lionel JOSPIN - Le président de la République m'a remis officiellement la lettre de mission qui fait naître cette commission sur la rénovation et la déontologie de la vie publique.

Un communiqué de la Présidence de la République annoncera la composition de la Commission aujourd'hui. Les grands champs de réflexions de cette Commission vont être à la recherche d'un meilleur déroulement de l'élection présidentielle avec un regard notamment sur le statut juridictionnel du chef de l'Etat, une réflexion sur la réforme possible des modes de scrutin pour les élections législatives et sénatoriales en englobant toute la question du cumul des mandats ou de la limitation du cumul des mandats, la question aussi de la parité et puis enfin le troisième grand champ de réflexion sans que j'entre dans les détails va concerner des règles de déontologie permettant d'assurer une meilleure transparence à la vie publique .

Je réunirai donc en tant que président de cette Commission celle-ci dès le 25 juillet, car en effet nous devrons travailler à un rythme assez soutenu, le Président attendant que nous lui remettions notre rapport, nos réflexions au tout début novembre et c'est peut être à l'occasion de la mise en place le 25 juillet que je pourrai éventuellement vous en dire davantage.

QUESTION : Est-ce que vous avez une idée de la Commission, vous allez travailler avec des personnalités de droite et de gauche ?

Lionel JOSPIN - La Commission est paritaire d'abord. Elle est essentiellement composée d'universitaires, spécialistes des questions que nous traitons, de magistrats et de hauts fonctionnaires de l'Etat. Elle s'efforce effectivement de respecter une diversité d'opinion et pour ce qui concerne les personnalités politiques ou les anciennes personnalités politiques il n'y en a que 2, une personne qui appartient à l'opposition, mais ce n'est pas à moi d'annoncer la composition de la Commission, qui est une ancienne ministre et moi-même. Donc sur ce terrain effectivement plus strictement politique, cette diversité est assurée.

Je suis honoré non seulement que le président ait pensé à me confier cette mission mais aussi qu'il ait jugé que c'était un champ de réflexions dans lesquelles je pouvais être utile donc je suis heureux de le faire dans un esprit républicain même si je prendrai naturellement en compte, et la Commission aussi d'une certaine façon, les engagements qui ont été ceux du président lorsqu'il était au rendez-vous des Français.

Voilà. Merci. 

Restez connecté