Entretien avec Mme Laura CHINCHILLA, présidente de la République du Costa Rica

Le président de la République française, M. François HOLLANDE, s’est entretenu le 4 novembre 2013 avec Mme Laura CHINCHILLA MIRANDA, présidente de la République du Costa Rica, à l’occasion de sa visite en France.

Pendant la rencontre, les deux dirigeants ont souligné les importantes convergences entre la France et le Costa Rica, soucieux de promouvoir un ordre international stable, respectueux des principes de la démocratie et des droits de l’Homme. Les deux Présidents ont réaffirmé leur attachement à la justice sociale et au développement économique durable, dans le respect de l’environnement. 

Les deux dirigeants ont évoqué les perspectives du dialogue bi-régional entre l’Union européenne (UE) et la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), et la manière dont la France et le Costa Rica peuvent travailler plus étroitement sur des initiatives conjointes, notamment à partir de janvier 2014, où le Costa Rica assurera la Présidence pro tempore de la CELAC.

Les deux Présidents se sont félicités de la décision du Conseil des ministres de l’OCDE d’engager le processus d’adhésion du Costa Rica à partir de 2015. La France confirme qu’elle soutient le Costa Rica dans cette démarche.

Le Président HOLLANDE et la Présidente CHINCHILLA se sont réjouis de l’entrée en vigueur, le 1er octobre 2013, du volet commercial de l’Accord d’Association entre l’Union européenne et l’Amérique centrale, qui permettra une augmentation significative des échanges commerciaux bilatéraux.

La présidente de la République du Costa Rica a souligné l’importance de la candidature de son pays à l’Organisation internationale de la Francophonie, en tant que membre observateur, fondée sur le partage des valeurs défendues par la francophonie et sur l’usage de la langue française, enseignée à titre obligatoire dans le 1er cycle de l’enseignement secondaire costaricien.

Les deux Présidents sont convenus de renforcer leur coopération dans le domaine économique, qui doit s’enrichir au regard de la qualité de la relation politique bilatérale. Le président de la République française a souligné, à cet égard, l’intérêt des entreprises françaises pour les projets d’équipement et d’infrastructure au Costa Rica, notamment dans le domaine des transports urbains, de l’assainissement, de la gestion des déchets, des énergies renouvelables et de la sécurité.

Les deux Présidents ont convenu :

- de renforcer le dialogue en matière de lutte contre le changement climatique dans le contexte de la préparation de la 21ème Conférence des Parties sur le Changement Climatique (2015), qui devrait se tenir à Paris. Les échanges porteront, dans un premier temps, sur la préparation de la COP 20 de Lima, qui se tiendra pendant la présidence costaricienne de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) ;

- d’entreprendre de nouvelles actions conjointes en Amérique latine dans le cadre de la campagne que les deux pays mènent pour l’abolition universelle de la peine de mort ;

- de renforcer leur coopération dans le domaine de la sécurité maritime et dans la lutte contre la criminalité organisée, qui affecte durement l’Amérique centrale. A l’occasion de cette rencontre, deux conventions bilatérales en matière d’entraide judiciaire et d’extradition ont été signées ;

- de développer la coopération universitaire, en particulier la mobilité étudiante, entre la France et le Costa Rica, avec l’objectif de doubler d’ici 2015 le nombre d’étudiants boursiers costariciens en France. Les deux Présidents se sont félicités de la signature d’une déclaration d’intention entre le Conseil National des Recteurs (CONARE), la Conférence des Présidents d’université (CPU) et la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI). Ce texte vise à faciliter l'exécution de projets de coopération, à renforcer les programmes de mobilité, en particulier des étudiants en master et des doctorants, et à appuyer le développement de projets conjoints par les organismes et centres de recherche français et costariciens ;

- de valoriser les résultats de la coopération scientifique franco-costaricienne en matière d’agronomie tropicale, notamment entre le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et le Centro Agronomico Tropical de Investigación y Enseñanza (CATIE) dans le domaine de la lutte contre les maladies phytosanitaires, telle que la rouille du café, et concernant les effets du réchauffement climatique sur l’agriculture tropicale.

Restez connecté