Déclaration commune de M. François HOLLANDE, président de la République, et de M. Rafaël CORREA, président de la République de l’Equateur

Palais de l’Elysée - 7 novembre 2013

Les présidents de la République française et de l’Equateur se sont réunis à Paris le 7 novembre 2013, à l’occasion de la visite officielle du Président équatorien en France.

Cette première visite d’un chef d’Etat équatorien en France depuis vingt-deux ans marque une étape nouvelle et significative dans le développement de la relation bilatérale et répond à l’ambition commune de renforcer la coopération entre la France et l’Equateur, fondée sur la conviction que les valeurs démocratiques, les droits de l’homme et la justice sociale constituent des principes fondamentaux devant guider l’action publique de leurs pays.

Les Présidents ont également rappelé leur engagement en faveur du dialogue, de la concertation et de la coopération entre les Etats, éléments essentiels dans la recherche de solutions aux grands défis que connait la communauté internationale.

Lors de cette rencontre, les deux Présidents sont notamment convenus de développer les projets suivants :

1. Coopération scientifique, universitaire et culturelle

Les échanges scientifiques, techniques et culturels entre la France et l’Equateur remontent à la mission savante de La Condamine, à la fin du XVIIIème siècle, et s’appuient sur la présence ancienne à Quito de grands instituts scientifiques français comme l’IFEA (Institut français des Etudes andines), le CNRS (Centre national de la Recherche Scientifique), l’IRD (Institut de la Recherche et du Développement) et le CIRAD (Centre International pour la Recherche Agronomique pour le Développement), qui conduisent des partenariats de premier plan avec leurs homologues équatoriens.

La France souhaite accompagner les projets emblématiques lancés par l’Equateur en matière de recherche, comme le projet Yachay (création d’une cité internationale de la connaissance), avec lequel plusieurs institutions françaises, dont le CNRS et la Fondation Sophia-Antipolis, envisagent de développer des pôles d’excellence scientifique, ou celui de l’Université Ikiam, soutenu par l’IRD.

La Déclaration d’intention entre le ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le secrétariat national à l’enseignement supérieur, la science, la technologie et l’innovation (SENESCYT) équatorien, signée à l’occasion de cette visite, pose les principes et les modalités des rapprochements entre les institutions d’enseignement et de recherche concernés des deux pays. Elle sera complétée par des accords entre l’IRD et la SENESCYT relatifs notamment à l’accueil de chercheurs français dans le cadre du programme équatorien Prometeo.

Les deux Présidents souhaitent, par ailleurs, encourager la mobilité étudiante entre les deux pays. La France se propose d’accueillir dans les cinq années à venir entre 300 et 600 étudiants équatoriens supplémentaires. L’accord-cadre de coopération entre le SENESCYT, l’Institut équatorien des crédits d’éducation (IECE) et l’Agence Campus France met en place un dispositif d’accueil en France des étudiants boursiers du gouvernement équatorien en France. Les deux Présidents ont décidé de conclure dans les meilleurs délais une convention de reconnaissance mutuelle des études et des diplômes.

Les deux Chefs d’Etat entendent également développer la coopération culturelle bilatérale. A cet effet, une déclaration d’intention entre les deux ministres de la Culture visant à favoriser la connaissance et la promotion réciproque de nos cultures a été signée en marge de la visite. Le Centre national du cinéma équatorien et le CNC français viennent également d’adopter une convention de coopération.

Une grande exposition patrimoniale équatorienne sera accueillie en 2016 au Musée du Quai Branly. Un festival culturel sur l’Equateur et la France devrait être organisé vers la fin de l’année 2016 autour de la diversité culturelle et du patrimoine des deux nations.

2. La dimension économique et financière

Le renforcement des échanges économiques entre la France et l’Equateur est une priorité, les entreprises françaises pouvant contribuer aux efforts conduits par l’Equateur dans ses secteurs stratégiques pour la modernisation et la diversification de son économie.

Les deux Présidents saluent à cet égard la conclusion récente d’un accord de prêt permettant la construction d’une première ligne de tramway dans la ville de Cuenca et souhaitent l’identification, par les deux parties, de projets d’infrastructures comparables dans les domaines des transports, de l’énergie ou de la gestion des eaux.

Compte tenu des potentiels et des savoir-faire des deux pays, ils encouragent les coopérations économiques dans les secteurs du développement durable, de l’agriculture, de l’agro-alimentaire ou du tourisme. Des missions d’experts seront conduites à cet effet dans les délais les plus rapprochés.

La signature d’une convention entre le Ministre français de l’Economie sociale et solidaire et le Ministre de l’Inclusion économique et sociale et celui du Commerce d’Equateur, à l’occasion de la visite, vise à développer les partenariats en matière d’économie sociale et solidaire.

Par ailleurs, les deux Présidents se sont déclarés favorables à un dialogue sur la mobilité humaine ainsi qu’à la conclusion rapide d’accords et conventions susceptibles de favoriser les liens personnels et économiques entre les deux pays, comme un accord de sécurité sociale ou un nouvel accord de protection des investissements.

Le mémoire d’entente signé entre UBIFRANCE et PROECUADOR contribuera à renforcer le cadre de coopération interinstitutionnelle pour promouvoir les échanges commerciaux entre les deux pays.

Les Présidents se sont félicités du projet de coopération entre le Ministère des Finances de l’Equateur et le Ministère de l’Economie de France dans le domaine de la formation aux finances publiques ainsi que de la récente signature de l’accord entre la Superintendance du Contrôle du Pouvoir du Marché en Equateur et de l’Autorité française de la Concurrence en France.

Le Président de la République française a salué la décision du Président équatorien de poursuivre les négociations en vue de la conclusion d’un accord commercial entre l’Union européenne et l’Equateur. Ils sont convenus de tout mettre en œuvre pour que la conclusion d’un tel accord puisse aboutir sur la base de l’échange d’offre entre les deux parties. Un tel accord ne pourra qu’encourager, dans un esprit d’égalité et d’intérêt mutuel, les échanges économiques entre l’Equateur, l’Union européenne et la France.

3. Questions d’administration publique et de sécurité

Les deux Présidents sont convenus d’accroître leur coopération technique en vue d’accompagner les réformes en cours en Equateur en matière d’administration publique, y compris sous l’angle de la décentralisation. Les coopérations mises en place sur la base de l’accord signé entre l’Ecole nationale d’Administration pénitentiaire (ENAP) et le Ministère équatorien de la Justice seront renforcées. La récente signature d’un accord de coopération entre l’Ecole nationale de la Magistrature (ENM) en France et le Conseil équatorien de la Magistrature illustre la proximité de nos institutions publiques et la qualité de nos échanges.

De même, le Secrétariat national à la Planification et au Développement en Equateur (SENPLADES) et le Commissariat Général de la Stratégie et de la Prospective en France sont convenus de travailler ensemble sur des sujets relatifs aux stratégies, à la prospective et à l’évaluation des politiques publiques, notamment dans le cadre de la CEPALC.

Afin de renforcer la sécurité régionale et internationale, les deux Présidents ont décidé de développer leur coopération en matière de lutte contre la criminalité transfrontalière, le trafic de stupéfiants et le blanchiment d’argent, notamment par l’échange d’informations et par des programmes communs de formation. Ils se félicitent de la signature prochaine d’un mémorandum d’entente pour la coopération dans l’industrie et la technologie de la défense.

4. L’environnement et les négociations climatiques

Les Présidents ont souligné l’importance qu’ils accordent à la préservation de l’environnement et au développement durable.

Ils soutiennent la mise en place de partenariats communs dans le domaine de l’environnement, notamment par le lancement, sur cofinancements franco-équatoriens, d’un projet en faveur de l’écotourisme communautaire dans le bassin du fleuve Curaray et du renforcement des capacités de gestion de l’administration du Parc national Yasuni.

En matière de lutte contre le changement climatique, les deux Présidents ont souligné l’importance des prochaines conférences des parties sur le changement climatique de Lima en décembre 2014 (COP 20) et de Paris en 2015 (COP21). Ils sont convenus d’établir une concertation étroite sur la préparation de ces rencontres, d’autant que l’Equateur assurera la présidence de la CELAC en 2015.

A cet effet, les Présidents ont décidé d’approfondir le dialogue bilatéral sur les principaux enjeux de l’accord sur le climat qui sera adopté en 2015, notamment les questions relatives à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à l’adaptation et au financement de la lutte contre le changement climatique ainsi que la proposition équatorienne sur les Emissions Nettes Evitées (ENE).

Enfin, les deux Présidents ont marqué leur volonté d’établir à l’avenir un dialogue politique plus étroit afin de renforcer les relations entre l’Equateur et la France.

Restez connecté